AUVERS-SUR-OISE  (Val-d'Oise)
Arrondissement de Pontoise  - Canton de Saint-Ouen-l'Aumône.
Région Île-de-France
 Population : 6.964 Auversois en 2015.

 

D'une superficie de 1.269 hectares, et d'une altitude de 21 à 111 mètres,

la ville est traversée par la rivière l'Oise.

 

 

Eglise Notre-Dame de l'Assomption,

des XII° et XIII° siècles.

 

 

Immortalisée par le tableau de Van Gogh,

l'église d'Auvers est bâtie sur une terrasse où s'élevait autrefois d'autres bâtiments.

 

L'église a été fondée vers la fin du XI° siècle par Philippe 1er, puis reconstruite sous l'impulsion

d'Adélaïde de Savoie qui réside souvent dans le manoir royal au nord de l'église

après le décès de son époux Louis VI en 1137.

 

Vues aériennes avant 1970.

L'extérieur de l'église a été remanié à plusieurs reprises, de façon un peu brutale.

 

On accède à l'église par un escalier aménagé en 1615.

 

La tour centrale, du XII° siècle, est percée sur chaque face de deux baies en tiers-point,

et se termine par un toit en bâtière. On accède au clocher par une tourelle à douze pans,

plaquée contre la chapelle du transept, à côté de la sacristie.

 

Le portail central date de 1225, avec voussures ornées.

Entre les contreforts et le larmier, on trouve le portail occidental, qui demeure authentique.

La façade occidentale se divise en trois parties, correspondant à la nef et au bas-côtés. La partie centrale, correspondant à la nef, est dominée par un pignon, et épaulée par deux puissants contreforts à ressauts.

 

La rosace néo-gothique de 1876, remplace une rosace gothique flamboyante

enfoncée par un ouragan en août 1875.

 

La façade occidentale et le portail du bas-côté sud représentent

surtout la manière de reconstruire le Moyen Age au XIX° siècle.

 

Le chevet est encadré de deux chapelles orientées.

L'abside à pans coupés est ornée d'une corniche beauvaisine.

 

Le choeur et le transept datent du XII° siècle,

mais l'abside à cinq pans a été repercée de grandes fenêtres au siècle suivant.

 

La nef et ses bas-côtés de quatre travées voûtées d'ogives sont du début du XIII° siècle.

Le choeur et la croisée ont gardé leurs voûtes d'ogives du XII° siècle.

 

 

Au-dessus des arcades de la nef, court un triforium d'arcs brisés.

Le niveau supérieur de la nef est éclairé de simples fenêtres.

 

La vaste nef, flanquée de deux bas-côtés, évoque les grands édifices gothiques. Elle s'élève sur trois niveaux : les grandes arcades soutenues par des colonnes coiffées de chapiteaux à feuillages, la galerie du triforium et les fenêtres hautes.

 

Fonts baptismaux, bénitier sculpté et statue de Notre-Dame de Lourdes.

 

Les retombées reposent sur des piles cylindriques ornées de chapiteaux à sculptures largement traitées.

A l'entrée du choeur, les chapiteaux sont ornés d'animaux fantastiques et d'arabesques.

 

La chapelle du croisillon sud est d'époque Renaissance et contient la statue de Notre-Dame d'Auvers,

du XIV° siècle, et une Décollation de Saint Jean-Baptiste, toile du XVII° siècle.

 

La chapelle de la Vierge, au sud du choeur, a été entièrement reconstruite entre 1520 et 1545. Les arcs à pénétration, dépourvu de chapiteaux, datant de l'époque gothique, se mêlent aux éléments décoratifs de la Renaissance empruntés à l'Antiquité.

 

Sur le croisillon Nord s'ouvre une chapelle voûtée d'arêtes du début du XII° siècle.

Elle contient un beau tabernacle du XVIII° siècle et une dalle tumulaire du XVII° siècle.

 

Sources :

http://fr.wikipedia.org/

"Histoire d'Auvers-sur-Oise" d'Henri Mataigne

Editions du Valheirmeil, 1986

Panneaux explicatifs présentés à l'entrée de l'édifice

Dictionnaire des églises de France, "Île-de-France"

Volume IVd, Editions Robert Laffont, 1968

C.P.A. collection privée en prêt

Visite et photos, Chantal Guyon, le 13 avril 2018

 

 

Chantony - Patrimoine et Histoire  
50660 - Lingreville