POITIERS (Vienne)
Arrondissement de Poitiers - Canton de Poitiers
Région Nouvelle Aquitaine.
 Population : 87.435 Poitevins en 2014.

 

 

Ancien palais des Comtes de Poitou et des Ducs d'Aquitaine,

des XII° - XIV° siècles.

 

 

Cet ancien palais, avec la grande salle et la tour Maubergeon,

est l'un des plus remarquables ensembles architecturaux du Moyen Age en France.

Après les Plantagenêts, la justice s'installe dans les murs du palais des Comtes de Poitou et Ducs d'Aquitaine.

 

Vues aériennes avant 1950 et 1970.

Cet ancien palais des ducs abrite divers tribunaux et la Cour d'appel

(qui fit longtemps la réputation de cité de robe de Poitiers) où l'on accède en traversant la salle des Pas-Perdus.

 

La tour Maubergeon.

 

Le nom de cette tour serait lié à la présence au cours des premiers siècles du Moyen Age,

d'un ancien tribunal mérovingien, ou mall-berg.

 

Avant 1920 et 1950, chevet de la salle des Pas-Perdus du palais de justice et de la Tour.

Statue de Jeanne d'Arc, de Réal Del Sarte, en 1929.

Elle rappelle qu'en ce palais l'héroïne subit le célèbre interrogatoire de trois semaines

(avril 1429) à l'issue duquel sa mission fut officiellement reconnue.

(A côté sur le sol, une grosse pierre cristalline, dite le "montoir" de la Pucelle).

 

Chevet de la salle des Pas-Perdus du palais de justice et de la Tour, en 2017.

Au fond du square, se trouve le mur extérieur de la grande salle d'apparat,

réalisé à partir de 1358 et scandé de deux tourelles d'escalier en saillie.

 

 

Sur des fondations romanes, le donjon du palais ducal fut élevé à la fin du XIV° siècle,

par le duc Jean de Berry, mais il resta inachevé.

 

Le monument a été reconstruit selon un plan rectangulaire, flanqué de quatre tours d'angles circulaires. Les vastes fenêtres gothiques et les statues au sommet donnent à l'ensemble un aspect de résidence princière plutôt que de forteresse. Ces sculptures représentent les principaux seigneurs vassaux du comte de Poitou, groupés autour de Jean du Berry.

 

La partie centrale est constituée de deux nefs, et cantonnée de quatre petites pièces hexagonales,

comprises à l'intérieur des tours, et dont les voûtes retombent sur des consoles à figurines.

 

 

Le péristyle du XIX° siècle du Palais de justice.

 

La salle des Pas-Perdus.

 

De style gothique angevin, dit aussi Plantagenêt, la grande salle du palais est édifiée par Aliénor d'Aquitaine, comtesse de Poitou, entre 1194 et 1204.

Toute sa cour vivait dans cette salle aux dimensions exceptionnelles pour l'époque.

 

Cette immense salle, construite au début du XIII° siècle et en partie refaite par le célèbre Guy de Dammartin,

en 1393 et 1415, pour le duc Jean de Berry, mort en 1416, Frère de Charles V.

 

Nef longue de 50 m et large de 17 m, la salle est couverte d'une charpente en berceau brisé,

et refaite au XIX° siècle.

Les murs latéraux sont ornés d'arcatures en plein cintre d'un côté, en arc brisé de l'autre.

 

Statues de Charles VI (1369-1422), et de son épouse, Isabeau de Bavière (1371-1458),

Jean duc de Berry (1348-1416), et son épouse Jeanne de Boulogne, décédée en 1423.

 

Le mur-pignon de la fin du XIV° siècle avec ses trois cheminées sculptées, avant 1920 et en 2017.

 

Les cheminées sont surmontées d'une galerie ajourée et de trois fenêtres à meneaux,

entre deux tourelles d'escalier à pans.

 

 

La cheminée monumentale, à trois foyers, occupe toute la largeur de la pièce.

 

Guillaume IX d'Aquitaine ou Guillaume VII, comte de Poitou,

dit, "Guillaume le Troubadour", l'inventeur de l'amour courtois.

 

Né le 22 octobre 1071, mort le 11 février 1127, surnommé depuis le XIX° siècle le Troubadour, comte de Poitiers sous le nom de Guillaume IX et duc d'Aquitaine et de Gascogne du 25 septembre 1086 à sa mort. Il est également le premier poète connu en occitan. Il est aussi le père de Guillaume X et le grand-père d'Aliénor d'Aquitaine.

 

Ü Guillaume le Troubadour, image provenant de la Bibliothèque en ligne Gallica, (identifiant btv-1b60007960).

 

Au Moyen Age, musiciens, chanteurs, conteurs parcourent les routes, allant de château en château, pour égayer les banquets. Le comte Guillaume le Troubadour compose des poèmes en langue d'Oc. Cette langue très musicale est alors parlée dans toute l'Aquitaine. Onze chansons de ce troubadour, le plus connu dans l'histoire, nous sont parvenues. Elles célèbrent la joie de vivre et d'aimer, ainsi que la fuite du temps. Il y évoque également de manière humoristique certains souvenirs de la Croisade, à laquelle il participa au début du XII° siècle.

 

Sources :

http://fr.wikipedia.org/

http://www.aleonor.net/

Brochure "Grand Poitiers", de 48 pages, O.T. de Poitiers

Panneaux explicatifs présentés à l'entrée du palais

C.P.A. collection privée en prêt

Visite et photos, Chantal Guyon, le 26 mai 2017

 

 

Chantony - Patrimoine et Histoire  
50660 - Lingreville