CHÂTELLERAULT (Vienne)
Arrondissement de Châtellerault - Canton de Châtellerault.
Région Nouvelle Aquitaine.
 Population : 31.722 Châtelleraudais en 2014.

 

D'une superficie de 5.193 hectares et d'une altitude de 42 à 134 mètres,

la ville est traversée par la rivière la Vienne.

 

 

Ancienne église prieurale Saint Jacques

 

 

La construction de l'église st Jacques a débuté en l'an 1008, par les soins d'Isembert II, évêque de Poitiers,

sur les ruines de la chapelle du prieuré de St Jacques. Elle est consacrée en 1066 par le même évêque.

Elle relevait autrefois de l'abbaye Saint Savin.

 

 

Cette façade néo-romane (1859) a été très contestée par Prosper Mérimée.

Au portail, les statues de Saint Martin et de Saint Hilaire.

Les deux clochers renferment un carillon composé de 52 cloches, un des plus importants de France.

En plus du carillon, l'église possède deux bourdons datant de 1867.

 

 

Le plan de l'église est constitué par une abside encadrée par deux absidioles,

toutes trois solidaires d'un transept auquel fait suite une nef à collatéraux.

 

Les croisées d'ogives très bombées de la nef s'apparentent au style gothique angevin du XII° siècle,

mais l'église a subi, au XIX° siècle, une restauration trop radicale selon le goût de Prosper Mérimée,

inspecteur des monuments historiques. À la vue du projet présenté par les autorités religieuses,

il refusa de donner une subvention du gouvernement.

 

Escalier d'accès à la tribune des orgues - Fonts baptismaux.

 

Statue de Saint Jacques de Compostelle, en costume de pèlerin, bois polychrome du XVII° siècle.

Dès le Moyen Age, l'église St Jacques de Châtellerault est un lieu de fréquentations par les paroissiens

et les nombreux pèlerins faisant la route jusqu'en Espagne.

Depuis cette période, les lieux de pèlerinage se multiplient, mais trois destinations principales se développent :

le Saint Sépulcre à Jérusalem, le tombeau de Saint Pierre à Rome, et celui de Saint Jacques à Compostelle.

 

Le culte de Saint Jacques est né de la découverte, en 813, du tombeau de Saint Jacques le Majeur. Les pèlerins ne tardèrent pas à venir honorer ses reliques. L'histoire de l'apôtre Jacques, son martyre, le lieu où fut retrouvé son corps, le culte voué à Compostelle, n'ont cessé depuis lors de fasciner la Chrétienté.

Il y a quatre routes pour aller à Saint Jacques de Compostelle. Elles partent de sanctuaires importants, eux-mêmes centres de pèlerinages majeurs : Tours, Vézelay, le Puy et Arles. En 1987, le Conseil de l'Europe proclama le chemin de Saint Jacques de Compostelle comme le "Premier itinéraire culturel".

 

La chapelle sud offre une jolie voûte à liernes et tiercerons, dotée de clefs historiées

(Couronnement de la Vierge, Evangélistes et leurs symboles).

 

 

Vitraux et boiseries du XIX° siècle.

 

Vue sur le choeur et le transept, depuis le portail occidental.

Une voûte moderne a remplacé, sur le carré du transept, la coupole primitive encore visible dans les combles.

 

Le chevet à contrefort colonne est bien conservé.

 

Le chemin de croix a été réalisé par H. Hivonnet, en 1852.

 

Très belle pietà. L'ensemble des vitraux date du XIX° siècle.

 

Un des chapiteaux représente le Sacrifice d'Abraham et pèlerins d'Emmaüs.

 

Un tableau votif de la peste de 1632 représente l'Immaculée Conception

et provient de l'église des Cordeliers.

 

Le quartier Saint Jacques.

 

Le pèlerin prenant la voie de Tours pour aller à Compostelle fait étape à Châtellerault pour se recueillir devant la statue du Saint, mais aussi, pour se ravitailler et se reposer.

 

Pour s'assurer de la venue de tous ces voyageurs qui nourrissent tout un peuple d'artisans, d'aubergistes, de changeurs de monnaie, de guides, de prêtres, les villes aménagent des quartiers entiers. Des hôtelleries se développent autour de l'église, mais aussi dans les faubourgs. Les pauvres trouvaient asiles dans les aumôneries ou hôtel-Dieu.

 

Pour devenir un sanctuaire de pèlerinage, il faut avant tout posséder une relique à laquelle sont rattachés des miracles. Au Moyen Age les reliques des Saints sont l'objet d'une grande passion, la vénération ne suffit plus, il faut les voir et les toucher. L'église marque alors son attachement au pèlerinage par plusieurs représentations de l'apôtre. Des scènes de vie ornaient les vitraux, chapiteau sculpté de la Transfiguration, statues du Saint...

 

 

Ancienne église prieurale Saint Romain,

des XII° et XVII° siècles.

 

 

C'est la plus ancienne église de la ville, et fut fondée au X° siècle.

en même temps que la ville de Châtellerault sous le Seigneur Ayrault.

Vendue à la Révolution, elle reste aujourd'hui encore une propriété privée.

 

De style roman, elle est restaurée aux XV° et XVII° siècles.

Les restes de l'église ont été convertis en habitation.

Le transept doté d'absidioles de part et d'autre de l'abside était de grandes dimensions.

 

Les contreforts sont appliqués contre des dosserets. La nef ne comportait pas de collatéraux.

 

Les titres du prieuré de Saint-Romain de Châtellerault datent presque tous des XV°, XVI° et XVII° siècles. Cette église eut anciennement le titre d'abbaye et fut donnée à celle de Saint-Cyprien en 1088 par Boson, vicomte de Châtellerault. Le prieur avait le patronage des cures de Saint-Romain et de Saint-Jean-Baptiste de Châtellerault. Le prieuré de St-Romain ne dépendait plus de l'abbaye de Saint-Cyprien lors de la suppression des communautés religieuses ; par décret du 6 août 1767, il avait été uni au chapitre de Notre-Dame de Châtellerault.

 

Sources :

http://fr.wikipedia.org/

http://base-armma.edel.univ-poitiers.fr/

Bulletin de la Société des antiquaires de l'Ouest et des musées de Poitiers 1841

"Parcours architectural de Châtellerault", de  24 pages, O.T. Châtelleraudais

"Dictionnaire des églises de France", Poitou, Saintonge, Angoumois

Tome IIIc, Editions Robert Laffont, 1967

Panneau explicatif présenté à l'entrée de l'église

C.P.A. collection privée en prêt

Visite et photos, Chantal Guyon, le 21 mai 2017

 

 

Chantony - Patrimoine et Histoire  
50660 - Lingreville