NIORT  (Deux-Sèvres)
Arrondissement de Niort - Canton de Niort
Région Nouvelle Aquitaine.
 Population : 58.952 Niortais en 2015.

 

D'une superficie de 6.820 hectares, et d'une altitude de 2 à 77 mètres,

la ville est traversée par le fleuve la Sèvre Niortaise, et située en bordure des marais mouillés

(la Venise verte). C'est la principale entrée du marais poitevin.

 

Toponymique gaulois, composé des éléments nouiios « neuf, nouveau »  et ritu- "gué".

Le sens global de Niort est donc celui de "nouveau gué".

 

 

La Sèvre Niortaise est un fleuve côtier bien plus étendu que dans sa seule traversée du Marais poitevin :

long de plus de 158 kilomètres, il prend sa source à l'est de Niort, sur la commune de Sepvret.

De Sepvret à Niort, en dessinant des boucles sur plus de 50 kilomètres, la Sèvre Niortaise n'est pas navigable.

Elle le devient dans le chef-lieu des Deux-Sèvres, au port situé au pied des anciennes chamoiseries Boinot.

 

La Sèvre Niortaise à travers le Marais poitevin.

 

Le Marais Poitevin est né du mariage de la terre et de l'eau dont les hommes sont les gardiens. Baptisé la "Venise Verte" le marais mouillé est depuis 2010, labellisé grande site de France. Avec plus de 8.000 km de voies d'eau peuplées, il possède une riche flore et faune sauvages. Les marais "mouillés", ainsi appelés parce qu'ils sont toujours inondables, sont situés de part et d'autre de la Sèvre et de ses affluents . Ils ont été aménagés à partir du XIX° siècle afin de faciliter l'écoulement de l'eau, notamment par la création de barrages pour étager le niveau d'eau, et de canaux de redressement pour éviter certains méandres.

 

 

Les halles

 

 

Vue aérienne avant 1970 : la ville et les halles.

 

Les halles, de style Baltard, avant 1930.

 

Elles sont fabriquées en fonte, verre et acier, pouvant accueillir 170 commerçants.

 

Baltard compose ses grandes halles sur la base du pavillon rectangulaire doté d'un toit à quatre pentes

surélevé dans la partie centrale pour constituer un lanterneau d'aération et d'éclairement.
Les rues se coupent en croix, au coeur du marché.

 

Le pilori.

 

Ancien hôtel de ville de Niort, cet édifice fut commencé au XIV° siècle,

à l'emplacement de l'ancienne Place du Pilori, et achevé en 1535 par l'architecte Mathurin Berthomé,

dans un style Renaissance assez original.

 

Construit sur un plan quadrangulaire, le pilori est flanqué aux angles de tours circulaires,

couronné d'une crénelure montée sur mâchicoulis, et surmonté au centre d'une fort belle lucarne à meneaux

dont l'encadrement de pierre est richement sculpté.

En retrait, le beffroi date du XVII° siècle et sa partie supérieure est terminée par un clocheton du XIX° siècle.

 

Restauré entre 1881 et 1885, le pilori abritait jusqu'en 1987, un musée lapidaire et numismatique dont les collections sont maintenant conservées au donjon. Il a reçu pendant un temps,  des expositions présentant les projets municipaux, et de nos jours, c'est un lieu d'expositions temporaires, portant sur des oeuvres contemporaines.

 

L'hôtel de ville (1897-1901).

 

Cet hôtel de ville est une déclinaison miniaturée de la mairie de Paris, de style néo-Renaissance.

 

L'escalier monumental avant 1920.

 

La salle des mariages et du Conseil Municipal, avant 1930

 

Françoise d'Aubigné :

Madame de Maintenon, épouse morganatique  du roi Soleil, Louis XIV.

 

Françoise d’Aubigné vit son enfance de pauvreté chez sa tante protestante de Mursay, proche de Niort, où a vécu son grand-père, écuyer du futur Henri IV et grand poète de la période baroque.

 

Suite à son séjour aux Antilles, elle est appelée la Belle Indienne. Son éducation religieuse est confiée aux Ursulines de Niort, puis à celles de Paris.

 

Afin d’échapper au couvent, elle est mariée au vieux poète Paul Scarron, puis, à sa mort, devient la gouvernante des bâtards de Louis XIV. Le roi lui offre le marquisat de Maintenon et l’épouse nuitamment en 1683. Elle fonde l’institution de Saint-Cyr instruisant les jeunes filles pauvres de la noblesse de province et, à ce titre, est surnommée la première institutrice de France.

 

Ü Portrait de Françoise d’Aubigné, marquise de Maintenon, représentée en sainte Françoise Romaine par Pierre Mignard (1694)

 

Françoise d’Aubigné est née dans un logement de l’ancienne prison de Niort

où son père endetté était enfermé en tant qu’assassin, traître et faux-monnayeur.

 

Sources :

http://fr.wikipedia.org/

https://www.patrimoine-histoire.fr/

Ancienne prison, photo https://www.google.com/

Panneaux explicatifs présentés à l'entrée de l'édifice

C.P.A. collection privée en prêt

Visite et photos, Chantal Guyon, le 26 avril 2018

 

 

Chantony - Patrimoine et Histoire  
50660 - Lingreville