BRESSUIRE  (Deux-Sèvres)
Arrondissement de Bressuire - Canton de Bressuire
Région Nouvelle Aquitaine.
 Population : 19.411 Bressuirais en 2015.

 

D'une superficie de 1.805 hectares, et d'une altitude de 98 à 236 mètres,

la ville est traversée par la rivière le Dolo.

 

 

La ville est située au cœur du Bocage bressuirais,

à la lisière du pays vendéen.

 

 

Avant 1970, vue aérienne et l'hôtel de ville, construit sous la Restauration.

Il s'imbrique dans l'ancien couvent des Cordeliers, et abrite le musée des Arts et Traditions Populaires.

 

Bressuire est peut-être dès l'époque celtique et aux temps gallo-romains un carrefour de routes. Cependant les premiers témoignages sur l'existence de la ville ne remontent qu'au X° siècle avec la mention de la chapelle Saint-Cyprien. Du Moyen Âge au XV° siècle, la cité est prospère et reconnue notamment pour son activité drapière. Jacques de Beaumont, Chambellan du roi Louis XI renforce le prestige de la ville. Capitale du bocage vendéen, Bressuire se retrouva au coeur de la révolte des guerres de Vendée.

 

La chapelle romane Saint Cyprien.

 

Vue sur la chapelle, depuis l'esplanade du château.

Fondée au X° siècle par le vicomte de Thouars, l'église est donnée à l'abbaye Saint Cyprien de Poitiers

qui y fonde à son tour un prieuré de l'ordre de Saint Benoît.

 

De l'église reconstruite au XIII° siècle, il subsiste l'abside circulaire reposant une une crypte,

d'un beau roman primitif, couronnée d'une corniche à modillons naïvement sculptés et percée de cinq fenêtres.

 

L'église mesure 27 m de long et 9,40 m de large. Le chevet mesure 9 m de long,

soit un tiers de la longueur de l'édifice.

Le chœur est séparé de la nef par un arc triomphal reposant sur des demi-colonnes engagées de 4,68 m de haut.

 

En mai 1305, le prieuré recueillit Bertrand de Got, archevêque de Bordeaux, qui devint pape quelques jours plus tard, sous le nom de Clément V. Vendue comme bien national sous la Révolution, l'église servit ensuite de bâtiment d'exploitation agricole avant d'être rachetée par la municipalité en 1949, sous l'impulsion des "Amis du Vieux Bressuire". D'importants travaux ont permis de mettre en valeur quelques fresques sur les murs intérieurs.

 

Le Dolo et le vieux pont.

 

Au pied de la forteresse, coule la rivière le Dolo.

 

 

Le Dolo est une rivière, affluent de l'Argenton, et donc sous-affluent de la Loire, par le Thouet.

Il a donné son nom à une usine agroalimentaire (Société de conserves « Le Dolo ») implantée à Bressuire

en mars 1942 et produisant le corned-beef qui a lui-même donné son surnom aux élèves de l'EMIA.

 

L'ancien abattoir du Péré.

 

C'est en 1872 que la ville de Bressuire est autorisée par décret préfectoral à construire un nouvel abattoir,

pour remplacer celui situé en centre ville, qui ne correspondait plus aux normes d'hygiène en vigueur.

 

Conçu par l'architecte Roffay de Saumur, il s'élève sur l'emplacement d'une ancienne tannerie.

Du projet initial, il ne reste que le bâtiment principal,

représentatif de l'architecture industrielle de la fin du XIX° siècle, avec ses claustras de briques.

(Deux autres bâtiments ont aujourd'hui disparu).

 

Cet abattoir va fonctionner jusqu'en 1940 et sera remplacé après la guerre,

par un autre, plus vaste et ultra moderne.

 

Sources :

http://fr.wikipedia.org/

http://ville-bressuire.fr/

Guide d'accueil 2018, O.T. Bressuire

Panneaux explicatifs présentés à l'extérieur de l'édifice

Dictionnaire des églises de France, Poitou, Saintonge, Angoumois,

Volume IIIc, Editions Robert Laffont, 1967

C.P.A. collection privée en prêt

Visite et photos, Chantal Guyon, le 22 avril 2018

 

 

Chantony - Patrimoine et Histoire  
50660 - Lingreville