TOURVILLE-SUR-ARQUES   (Seine-Maritime)

Région Normandie

Arrondissement et canton de Dieppe.
 Population : 1.251 Tourvillais en 2016.

 

D'une superficie de 59 hectares, et d'une altitude de 19 à 110 mètres,

le village est situé sur la rive du fleuve côtier l'Arques, qui se jette dans la Manche à Dieppe.

 

Etymologie : Miromesnil tiendrait son nom du premier seigneur, un certain Milon. "Mesnil", en vieux français,

désigne le domaine. Ainsi Milonmesnil serait devenu Mironmesnil puis Miromesnil.

 

Avant 1970, l'hôtel de ville et l'église Saint Martin où Guy de Maupassant a été baptisé.

Construite sous l’impulsion des seigneurs du château de Miromesnil, l’église date du XVI° siècle

et a été modifiée au XVII° siècle. La partie la plus ancienne se situe autour du portail sud (1537).

 

 

Château de Miromesnil,

de styles Henri IV et Louis XIII.
 

 

Le château fort d'origine, propriété de la famille Dyel, a été détruit en 1589 lors de la bataille d'Arques.

Le château est le lieu de naissance officiel de Guy de Maupassant qui y naquit le 5 août 1850.

Sa famille, qui loue les lieux à la baronne de Marescot, propriétaire des lieux, y réside jusqu'en 1853.
Depuis 2013, le château bénéficie du label « Maison des Illustres ».

 

Vue aérienne avant 1970 : le château de Miromesnil, les jardins et le parc.

 

L'accès au château se fait par un pont de pierre qui surplombe les douves sèches.

Bâti vers 1600, le château appartenait sous Louis XVI à Armand Thomas Hue de Miromesnil,

garde des sceaux de 1774 à 1787.

 

Le château actuel est le deuxième, voire le troisième édifice construit sur ce site. Dès le XII° siècle, le domaine abritait un château fort. Celui-ci fut détruit en 1589, au lendemain de la bataille d'Arques qui opposa les troupes de la Ligue Catholique menées par le duc de Mayenne à l'armée royaliste d'Henri IV, encore protestant à cette date.

 

Le château est fait d'un assemblage harmonieux de briques roses et de chaînages de pierre claire.

 

Jacques Dyel, seigneur de Miromesnil, paya de son château sa fidélité au roi de France. Il décida, en 1590, de reconstruire un château résidentiel. Le seul vestige de la période médiévale est la petite chapelle cachée dans l'épaisseur de la futaie.

 

La façade sud, a la grande simplicité du Style Henri IV classique, et date de 1580.

Le dessus de la fenêtre centrale du second étage accueille les armes des Hue de Mirosmesnil :

trois hures de sangliers surmontées d'une couronne de marquis.

 

 C'est en 1938 que les grands-parents de Nathalie Romatet, le comte et le comtesse de Vogüé, ont fait l'acquisition de Miromesnil. Entièrement restauré, le domaine retrouva son jardin potager qui compte parmi les plus beaux de France. En 1945, un incendie détruit la toiture. Le château est repris en 2004 par Jean-Christophe et Nathalie Romatet, petits-enfants de Bertrand de Vogüé.

 

 

La façade Nord est un bel exemple du Style Louis XIII monumental :

pilastres, guirlandes, frontons, pots à feu.

Le château se compose d'un corps central de deux niveaux, flanqué de deux tourelles sur la face arrière.

 

Dans le hall, on découvre plusieurs lettres et objets retraçant la vie de l’écrivain Guy de Maupassant

et de sa famille, ainsi qu’une sélection d’ouvrages.

 

La salle à manger, met en valeur les arts de la table grâce à sa muséographie.

 

 

Dans une vitrine est exposé l’acte de naissance de Guy de Maupassant à la mairie de Tourville-sur-Arques,

ainsi que l’acte d’ondoiement, une cérémonie simplifiée du baptême,

organisée trois semaines après la naissance de l’enfant dans la chapelle du château.

 

Le rez-de-chaussée propose des pièces meublées dans les styles XVIII° et XIX° siècles,

permettant d'aborder l'histoire de Miromesnil et des aspects de la vie quotidienne.

 

 

Des reconstitutions de costumes historiques sont exposées dans les différentes pièces.

 

Bureau  et encrier en faïence de Rouen, daté 1764, de M. de Miromesnil, Premier président au Parlement.

 

La chapelle Saint Antoine l'Ermite.

 

A l'origine chapelle votive dédiée à saint Antoine l'Ermite, elle est construite fin XV° siècle,

début XVI° siècle, en grès et silex de style Louis XVI.

La porte est surmontée d’un arc en accolade, seul élément décoratif.

Son aspect austère contraste avec sa richesse intérieure.

 

 

La chapelle est entièrement décorée de boiseries, de moulures en stuc

et est meublée d’un autel et d’une grille en ferronnerie du XVIII° siècle.

 

 

Quatre statues du XVI° siècle en pierre polychrome.

Les vitraux, de la même époque, représentent un Christ aux Outrages et les donateurs.

Trois vitraux contemporains, réalisés en 1964, par Guy de Vogüé,

proposent une interprétation abstraite de la Passion du Christ.

Elle a été desservie par les moines de l’abbaye de Fécamp jusqu’à la Révolution.

 

Porte d'entrée de la chapelle et au-dessus, un vitrail contemporain.

 

Les jardins et le parc.

 

Tout contre le château, le jardin potager de Miromesnil, bien à l'abri de ses murs de briques,

offre un foisonnement de couleurs et de senteurs.
Le potager allie aujourd'hui la géométrie du jardin français et l'irrégularité des formes du jardin anglais.

 

Cette disposition a été mise en place après la Seconde Guerre Mondiale par la grand-mère de la propriétaire actuelle, Simone de Vogüé. Au lendemain du conflit, le jardin potager constituait un véritable terrain vague. La première vocation du jardin fut nourricière. il s'agissait de cultiver des légumes, des plantes aromatiques et des fruits pour alimenter la cuisine du château. Puis très vite, la décision fut prise d'ajouter des fleurs pour égayer le jardin. Cette inclusion de parterres paysagers dans un jardin potager traditionnel était très innovante dans les années 1950. Légumes, fleurs et fruits sont traités de la même manière. Ils sont tous utiles et esthétiques.

 

Le potager du XIII° siècle est repensé en 1945.

La structure de ce jardin reste classique : quatre carrés de légumes, séparés et entourés par des allées de gazon.

Son originalité vient de la présence des plates-bandes de fleurs mélangées, appelées "mix-borders"

qui bordent les carrés de légumes.

 

Dominé par un cèdre du Liban bi-centenaire, le parc du Château est clos de murs de briques (XVII° siècle),

à l’abri desquels s’épanouissent arbres fruitiers, rosiers, magnolias et pivoines arborescentes.

 

Depuis une quinzaine d'années, les jardiniers tondent la pelouse située dans le parc en forme de losanges pour rappeler un jardin disparu. Au XVIII° siècle, on détruisit l'ordonnancement régulier du jardin à la française de Miromesnil pour créer le parc à l'anglaise que l'on admire aujourd'hui. Les carrés de gazon rappellent les bordures disparues et connues par un plan présenté dans le château.

 

Le parc  de 16 hectares est protégé par un fossé appelé "Saut du Loup" ou "Ha-Ha".

Le Saut du Loup a la même fonction que le mur de briques. Il permet d'éviter que les animaux sauvages

ne pénètrent dans la propriété tout en permettant de prolonger la perspective amorcée par la futaie.

 

La futaie de Miromesnil est remarquable par ses dimensions. Elle s'étend sur près d'un kilomètre de long et se compose d'environ 3500 hêtres culminant pour certains jusqu'à 40 mètres. Alignée sur le château, la grande perspective traverse le domaine. On la retrouve sur le plan du XVIII° siècle.

Durant la Seconde Guerre mondiale, les soldats allemands ont utilisé ces arbres pour fabriquer des "asperges de Rommel". Ces pieux étaient plantés sur les plages et dans les champs pour empêcher les débarquements et les atterrissages alliés.

 

Henry-René-Albert-Guy de Maupassant.

 

Ecrivain et journaliste littéraire, né le 5 août 1850 au château de Miromesnil à Tourville-sur-Arques

et mort le 6 juillet 1893 à Paris.

 

Lié à Gustave Flaubert et à Émile Zola, Maupassant a marqué la littérature française par ses six romans,

dont Une vie en 1883, Bel-Ami en 1885, Pierre et Jean en 1887-1888, et surtout par ses nouvelles

(parfois intitulées contes) comme Boule de suif en 1880, les Contes de la bécasse (1883) ou Le Horla (1887).

 

Gustave et Laure de Maupassant louèrent le domaine de Miromesnil à la baronne de Marescot. Le couple, originaire de la région, venait de se marier. Miromesnil fut leur première maison. Ils y restèrent de 1849 à 1953. Leur premier fils, Guy, naquit le 5 août 1850.

 

Il n'avait que trois ans quand il quitta le château avec ses parents lors de leur déménagement. Guy de Maupassant ne garda aucun souvenir de Miromesnil mais le domaine reste aujourd'hui, le seul endroit ouvert régulièrement au public où Maupassant ait vécu.

 

Gustave et Laure de Maupassant, les parents de l’écrivain, avaient loué le château après leur mariage et la famille y demeura jusqu’en 1853. Au rez-de-chaussée, les propriétaires ont reconstitué l’esprit Guy de Maupassant. Une chambre a été décorée avec un berceau, pour signifier cette naissance illustre.


Après une enfance et une adolescence passées entre Etretat, le pensionnat d'Yvetot et le Lycée Impérial de Rouen, Guy de Maupassant gagna Paris pour réaliser son rêve de devenir écrivain. D'abord journaliste, le disciple de Gustave Flaubert, s'imposa sur la scène littéraire française en 1880. Il n'avait pas 30 ans et venait de signer "Boule de Suif"...

La carrière de Maupassant fut aussi riche que fulgurante. Nouvelles, romans, chroniques, poèmes, théâtre.... Maupassant s'essaya à toutes les disciplines. Son style incisif et épuré rencontra un succès constant durant toute sa courte carrière. Il fut une des grandes figures du Paris littéraire et mondain.

Il resta viscéralement attaché à la Normandie, passant une partie de l'année dans sa villa d'Etretat et donnant à un grand nombre de ses oeuvres le Pays de Caux pour cadre et les Normands pour personnages.

Guy de Maupassant mourut prématurément en 1893, à l'âge de 42 ans. Il était interné depuis un an à la clinique du docteur Blanche à Paris. Atteint d'une syphilis neuro-dégénérative, il avait basculé dans la folie. Il repose à Paris, au cimetière du Montparnasse.

Maître incontesté de la nouvelle, Guy de Maupassant est un des auteurs les plus actuels du XIX° siècle et un des écrivains les plus enseignés aujourd'hui en France.

 

 

Sources :

http://fr.wikipedia.org/

http://www.chateaumiromesnil.com/
https://www.tourville-sur-arques.fr/

"Naissance à Miromesnil", Pierre Bazin, Editions Bertout, 2000

C.P.A. collection privée en prêt

Visite guidée et photos, Chantal Guyon, le 9 avril 2019

 

 

Chantony - Patrimoine et Histoire  
50660 - Lingreville