MESNIÈRES-EN-BRAY (Seine-Maritime)
Région Normandie.
Arrondissement de Dieppe - Canton de Neufchâtel-en-Bray.
 Population : 954 Mesnièrois en 2016.

 

D'une superficie de 1.506 hectares, et d'une altitude de 53 à 223 mètres.
le village est situé dans le Pays de Bray, le long de la rivière la Béthune, un affluent du fleuve côtier l'Arques.

 

Dès l'Antiquité, le village est traversé par une voie romaine dont on a retrouvé des vestiges gallo-romains. Des sépultures mérovingiennes ont été découvertes dans le parc du château à l'occasion de travaux menés au XIX° siècle.

 

 

Le château, de style Renaissance
 

 

Aujourd’hui, le monument est le siège du collège, du lycée horticole et forestier de l’Institution Saint Joseph.
Le château accueille en 2019 un centre de formation de la réserve opérationnelle de la Gendarmerie nationale.

 

Du Samedi 6 Avril et jusqu'au Lundi 22 Avril, une centaine de personnes participe au château de Mesnières-en-Bray a une formation pour devenir gendarmes réservistes. Une vocation pour bon nombre d'entre eux. (Sources : https://france3-regions.francetvinfo.fr/).

 

Vue aérienne , le château, les dépendances et les jardins.

 

Entrée du château et la grille.

 

Le premier Seigneur du château de Mesnières fut Robert. Il est connu pour avoir fait en 1043 une donation aux religieuses bénédictines de Sainte-Catherine-du-Mont de Rouen, dotation attestée par une charte contresignée par Guillaume le Conquérant. Un de ses parents ou lui-même débarquera en Angleterre et participera à la bataille d'Hasting. Ce sera le commencement d'une longue histoire.

 

Le château Renaissance.

 

Bien qu’ayant subi un important incendie le 20 février 2004, le château est classé monument historique.

 

 

La longue allée menant au château et à la cour d'honneur.

 

Un de ses descendants, Gautier Tyrel, prend part au siège d'Alost, en Flandre orientale. Guillaume Cliton, fils de Robert II Courteheuse, duc de Normandie, expire d'ailleurs au cours de cette bataille entre ses bras. En 1158, Roger signera la charte de commune octroyée aux bourgeois d'Eu par Jean, fils de Henri 1er, comte d'Eu. Il dotera également l'hôpital Saint-Thomas de Cantorbéry de Drincourt, aujourd'hui Neufchâtel-en-Bray. Ce bourg, construit au XIII° siècle par Henri I, Duc de Normandie et Roi d'Angleterre, prit en effet ultérieurement le nom de "Neuf Castel".

 

 

Le pigeonnier et les dépendances.

 

Son fils, Enguerrand, est connu pour avoir fait une dotation aux religieuses du Camp-Souverain, prieuré situé dans la forêt d'Eawy, près de Saint-Saëns. Robert, son autre fils, écrira à la fin d'un acte de dotation à l'hôpital de Drincourt, cette belle phrase : "Quand il plaira à Dieu de me retirer de l'abîme de ce monde, mon corps sera porté à l'église des dits pauvres pour y être inhumé, car je suis le frère des pauvres dans la vie et dans la mort".

 

Le collège et lycée horticole et forestier Saint Joseph.

 

L'Institut Saint Joseph de Mesnières-en-Bray propose des formations de la 4ème à la licence professionnelle

dans les domaines de la forêt, de l'horticulture, de l'Hôtellerie-Restauration et des Services aux Personnes.

 

Vues prises depuis le petit jardin, face à l'entrée du château.

 

En 1835, le château de Mesnières est acquis à la mort du marquis de Poutrincourt par une œuvre religieuse d'enseignement réunissant un orphelinat et un pensionnat, la communauté des Frères de la Miséricorde fondé par le vicaire de l'église Saint-Vincent de Rouen, l'Abbé Charles Eude.

 

Entrée de l'institution Saint Joseph, située à proximité de l'église paroissiale.

 

En 1858, le pensionnat compte 123 élèves et accueille 70 d'orphelins. Des adjonctions au château interviennent progressivement, et, en 1878, l'établissement est repris par les Pères du Saint-Esprit. Son école d'agriculture devient une référence en termes de modernité agricole. En 1891, à son apogée, l'institution comptait 62 scolastiques, 110 collégiens secondaires, 272 primaires et 86 professionnels, soit 530 élèves. Lors de l'expulsion des congrégations de 1903, les Pères du Saint-Esprit quittent Mesnières. Ils sont ultérieurement remplacés par les enseignants de l'Institution Saint-Joseph.

 

L'église paroissiale Saint-Pierre et Saint-Paul.

 

 L'église a été refaite aux XV° et XVIII° siècles, et les damiers romans sont du  XI° siècle.

 

Le petit jardin, situé face à l'entrée du château.

 

 

L'abri de jardin à colombages.

 

Elément emblématique du paysage brayon : l'arbre têtard, (saules, frênes, peupliers et mêmes des chênes)

résulte d'un mode d'exploitation spécifique.

C'est une composition familière des haies du bocage. Ses fonctions sont multiples :

abri contre la pluie et le vent pour les animaux, véritable pompe à eau,

ressources en bois de chauffage, fagots... refuge pour la biodiversité.

Dans ce petit jardin, on y trouve : deux saules têtards séculaires.

 

L'ancien moulin.

 

 

Vues sur le moulin prises depuis la voie verte.

 

En 1873, les chemins de fer de l'Ouest mettent en service la section de Neufchâtel-en-Bray à Dieppe de la ligne de Saint-Denis à Dieppe, et le bourg est desservi par la gare de Mesnières-en-Bray. Cette desserte prend fin en 1988, lors de la fermeture de la section Serqueux–Dieppe aux voyageurs, et elle sera transformée en voie verte.

 

Sources :

http://fr.wikipedia.org/

https://www.chateau-mesnieres-76.com/
https://www.mesnieres-en-bray.fr/

Panneaux explicatifs présentés près du site

C.P.A. collection privée en prêt

Visite et photos, Chantal Guyon, le 9 avril 2019

 

 

Chantony - Patrimoine et Histoire  
50660 - Lingreville