LE LUDE  (Sarthe)
Arrondissement de La Flèche - Canton du Lude.
Région : Pays de la Loire.
 Population : 4.344 Ludois en 2016.

 

D'une superficie de 6.836 hectares, et d'une altitude de 30 à 111 mètres,

la ville est traversée par les rivières le Loir, la Maulne et la Marconne.

Elle a été créée le 1er janvier 2018, issue du regroupement de deux communes,

Le Lude et Dissé-sous-le-Lude, qui sont devenues « communes déléguées ».

 

Etymologie : le nom proviendrait du latin lucius, « clair », « brillant », ce qui signifierait que le village

ait été implanté dans une clairière, un espace défriché en forêt.

L'endroit est nommé Lusedus dans une charte de Geoffroy Grisegonelle, comte d'Anjou, en 976.

 

Vue aérienne avant 1970 : le Loir, le château et l'église Saint Martin.

La position frontalière du Lude dans un méandre du Loir, en limite du Maine et de l'Anjou,

en fait un point stratégique important au Moyen Age.

 

L'hôtel de ville, en brique et tuffeau date de 1822.

Monument aux morts : un soldat de la Grande Guerre pose la main sur la tête d'un garçon.

 

Au IX° siècle, la ville est détruite par les Normands et un château primitif est édifié au sommet

d'une motte de terre. Dès lors, l'histoire du Lude s'identifie à celle du château.

 

 

Église Saint Martin
 

 

D'origine monacale, enrichie par les dons des civils, l'église a été restaurée aux XV° et XVI° siècles.

 

L'église est dominée par un clocher-porche néo-gothique du XIX° siècle, haut de 37 mètres..

 

Dans la nef, orgue en bois du XVII° siècle.

 

La chaire à prêcher, en bois, est du XVIII° siècle,

et représente le Christ glorieux entouré des quatre évangélistes.

Elle provient du prieuré des Bénédictines de la Fontaine Saint-Martin.

 

Depuis le portail occidental, vue sur la nef et le choeur.

Le nef remonte dans son gros oeuvre aux XII° et XIII° siècles.

 

La petite chapelle de deux travées qui s'ouvre à droite de la nef appartient aux campagnes de construction

du XVII° siècle. Dans cette chapelle on y vénère la Vierge à l'enfant due au sculpteur H. Lelay (1970).

 

Les chapelles latérales sont du XVI° siècle. Statues de Saint Vincent et de Sainte Anne.

 

Vitraux du XIX° siècle (ni datés, ni signés).

 

Le choeur conserve une voûte angevine du XII° siècle.

 

Les deux grandes statues sous pinacle qui se dressent de part et d'autre de l'arc triomphal à l'entrée du choeur

représentent à gauche Saint Pierre, et à droite Saint Paul.

Elles ont été sculptées par Jean-Louis Chenillion, élève de David d'Angers en 1866.

 

Sources :

http://fr.wikipedia.org/

Dépliant 3 volets "Le Lude, une rencontre avec l'art sacré" O.T. du Lude

Feuillet "circuit découverte du Lude", O.T. du Lude

C.P.A. collection privée en prêt

Visite et photos, Chantal Guyon, le 8 août 2018

 

 

Chantony - Patrimoine et Histoire  
50660 - Lingreville