ARRAS  (Pas-de-Calais)

Région des Hauts-de-France

Arrondissement et canton d'Arras.
 Population : 40.883 Arrageois en 2016.

 

D'une superficie de 1.163 hectares, et d'une altitude de 52 à 99 mètres,

la ville, ancienne capitale de la province d'Artois sous l'Ancien Régime,

est située au confluent du Crinchon (enterré dans sa traversée de la ville), et la rivière la Scarpe.

 

 

La citadelle Vauban
 

 

Jamais assiégée, d’où son surnom "de belle inutile",

la citadelle d’Arras est un témoin préservé de la construction militaire du XVII° siècle.

 

La citadelle d’Arras est un site unique en France. Démilitarisée et inscrite sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco en 2008, c’est aujourd’hui une "petite ville dans la ville" riche de bâtiments historiques remarquables de sentiers de promenade verdoyants et d’activités de loisirs.

 

      Vue aérienne avant 1970.

Cette citadelle de plaine, a été commandée par le roi Louis XIV à Vauban.

Construite de 1660 à 1672, elle forme un pentagone composé de cinq remparts :

les courtines. Cinq bastions, abritant des poudrières renforçaient la défense.

Le tour des bastions permet de découvrir à pied ces ouvrages fortifiés, en particulier les Bastions du Roi,

d’Anjou et d’Orléans, les bastions de la Reine et du Dauphin ayant été arasés au XIX° siècle.

 

Bastion d'Anjou, douves, porte royale et bastion d'Orléans.

La citadelle est Judicieusement placée au sud-ouest de la ville, près de deux cours d’eau.

 

 

La porte royale de la citadelle.

 

Tout juste promu Commissaire général des fortifications du Royaume, Vauban place la citadelle d’Arras au centre de la 2° ligne de son célèbre Pré Carré. Objectif ? Contribuer, avec celle de Lille, à la défense de la France et à la surveillance de la population arrageoise, française depuis moins de 30 ans.

 

 

Accès à la salle des familles, où sont présentées des expositions concernant l'historique de la citadelle

et son évolution à travers les siècles. Dans l'angle d'un mur, un graffiti daté 1690.

 

Depuis la Place d'Armes, vue sur la Porte royale.

 

La porte royale, côté intérieur, et le chemin de ronde.

 

L'ancienne poudrière.

 

Sur la Place d’Armes, chaque bâtiment raconte une histoire : 1500 soldats pouvaient y résider.

 

Dès le XIX° siècle, la citadelle accueille des régiments qui ont marqué son histoire comme les 1er, 2° et 3°

Régiments du Génie, de 1817 à 1939, ou le dernier en date : le 601° régiment de circulation routière.

 

Façade et chevet de la chapelle baroque Saint Louis, bâtie en 1675.

C'est la seule église de style baroque conservée dans la ville, et également la plus ancienne.

 

La riche façade est encadrée de colonnes engagées cannelées et d'un pignon à volutes,

fleurons, médaillons et pots à feu, en haut duquel la Vierge présente l'enfant.

 

Intérieur de la chapelle Saint Louis.

 

Depuis la porte royale,  vues sur les casernes, l'arsenal et la chapelle Saint Louis.

 

L’arsenal abritait le logement du gouverneur.

 

Les casernes sont des modules symétriques types « à la Vauban » :

à chaque niveau, une cage d'escalier centrale dessert quatre chambres de quatre lits,

dans laquelle les hommes dorment à tour de rôle. (on repère facilement la répétition

de ce module type avec l'alternance des portes et des fenêtres.

 

En façade : les colonnes en formes de canons et les boulets rappellent

que c’était ici le lieu de stockage des armes, des munitions et des outils.

 

 

Après les immeubles de logements grand standing, un bâtiment est utilisé comme garages privés.

 

Porte d'accès à la forêt et au mur des Fusillés.

 

 

Le tour du bois de la citadelle dévoile certains éléments des "dehors",

l’ensemble du système défensif imaginé par Vauban.

 

 

Le mur des Fusillés : 218 résistants y furent exécutés par les Allemands de 1941 à 1944.

Les murs de la citadelle sont couverts des plaques funéraires de chaque victime,

souvent des jeunes ouvriers des mines. Le plus jeune de ces martyrs avait 16 ans et demi et le plus âgé 69 ans.

Les Fusillés appartenaient à neuf nationalités différentes. Toutes les catégories sociales étaient représentées.

 

La citadelle au XXI° siècle.

 

Le défi de la réhabilitation a consisté à concilier les impératifs de la vie moderne

avec la mise en valeur de l'oeuvre de Vauban, le respect de l'esprit

et de l'histoire des lieux, et la préservation d'un milieu naturel remarquable.

 

Site de nature très agréable pour se promener entre bois et ruisseaux, la citadelle devient tous les ans

la scène des concerts géants du Main Square Festival. Ou l’art de faire du bruit, et plus la guerre.

 

Après le départ de l'armée en 2009, la Communauté Urbaine d'Arras a pris en main la reconversion des sites militaires comprenant la citadelle, son bois, le terrain du gouverneur et le quartier Schramm : soit 72 hectares et 90.000 m² de bâtiments. L'ambition était de transformer cette forteresse en un véritable quartier de ville ouvert où l'on pourra habiter, travailler, se cultiver, se divertir, se retrouver et même faire des achats originaux.

 

Le nouveau quartier de la citadelle, en 2013 :

 

▪ Pôle tertiaire : (1), Bureau de la communauté urbaine d'Arras - (2), Accueil provisoire d'associations culturelles, de service publics et d'entreprises - (3), Date Center - (4), Foyer numérique - (5), Pépinières d'entreprises.

 

▪ Pôle logements : (6), Appartements de standing - (8), à l'étage - (7), Résidence étudiante.

 

▪ Pôle gastronomique : (6), Fromager affineur - (10), Miellerie pédagogique - (11), Formations aux métiers de bouche - (12), restaurants en projet - (13), et en rez-de-chaussée.

 

▪ Pôle loisirs et culture : (14), parcours d'accrobranches. Des projets culturels sont à l'étude : concerts dans la chapelle Saint Louis, lieu d'expositions sur l'histoire de la citadelle, le mur des Fusillés, artisanat d'art.

 

Sources :

http://fr.wikipedia.org/

https://www.arras.fr/
https://www.lavoixdunord.fr/

Dépliant 16 volets "Arras, les essentiels" O.T. Arras

Guide 2019, O.T. Arras

"Histoire d'Arras", Pierre Bougard, Editions des beffrois, 1988

C.P.A. collection privée en prêt

Visite guidée et photos, Chantal Guyon, le 20 août 2019

 

 

Chantony - Patrimoine et Histoire  
50660 - Lingreville