CAUDRY  (Nord)

Région des Hauts-de-France.

Arrondissement de Cambrai - Canton de Caudry.
 Population : 14.493 Caudrésiens  en 2016.

 

D'une superficie de 1.294 hectares, et d'une altitude de 103 à 138 mètres.

la ville est située au centre du Cambraisis, dans le bassin de l'Escaut.

 

Vues aériennes avant 1970.

Labellisée "Ville et Métier d’arts" en 1995, "ville fleurie" en 2003,  et "ville active et sportive" en 2018.

 

Caudry fut associée aux combats et exactions que les armées étrangères perpétrèrent dans la région. Les troupes de Louis XI campèrent à Caudry en 1477, celles de Henri II en 1553, et celles de Louis XIV en 1677. Le 26 avril 1794, l'armée de la Convention engagea même sur le territoire de la commune un combat si meurtrier qu'un ravin fut surnommé le riot des morts.

 

 

Basilique néo-gothique Sainte Maxellende,  du XIX° siècle
 

 

Sainte Maxellende, est une jeune Caudrésienne martyrisée par Harduin d’Amerval au VII° siècle.

L’église fut élevée au rang de basilique mineure par un bref pontifical le 3 septembre 1991.

C'était aussi un lieu de pèlerinage pour les aveugles et malvoyants.

 

Chevet de la basilique. Edifiée entre 1887 et 1890, en style gothique,

selon les plans de l’architecte Lillois, Louis Cordonnier.

 

La Basilique mesure 72 mètres de longueur extérieure sur 36 mètres de largeur.

 

Le clocher culmine à 75 mètres. Il comporte un carillon de 3 cloches :

« Vox Dei », 2 tonnes, donne le Do ; « Pax », 1700 kg, donne le Ré et « Maxellende » 1500 kg, donne le Fa.

 

Porche d'entrée de la basilique.

 

La grande nef culmine à 20 mètres de hauteur sous clef de voûte et les deux bas côtés à 8 mètres.

 

Le grand orgue est l'œuvre de Charles Mutin et Cavaillé Coll (1913).

 

Chaire à prêcher en bois, du XIX° siècle.

 

Chapelle des fonts baptismaux.

 

Le transept se termine par deux chapelles, celle de gauche dédiée à Notre Dame du Rosaire.

Il est éclairé par deux rosaces comportant chacune 4600 pièces de verre posées vers 1921.

 

 

Le déambulatoire et statues de Sainte Thérèse, Saint Joseph, Sainte Anne et la Vierge, du XIX° siècle.

 

Statues de Saint Pierre, Marie et la Vierge, et Saint Joachim, du XIX° siècle

Les vitraux réalisés par Charles Lorin, maître verrier à Chartres entre 1905 et 1946,

retracent la vie de Sainte Maxellende.

 

 

Chapelles latérales, orgue de choeur et déambulatoire.

 

Chapelle du transept dédiée à Sainte Maxellende avec la châsse de la Sainte.

Elle est éclairé par deux rosaces comportant 4600 pièces de verre posées vers 1921.

La châsse de sainte Maxellende date du XIV° siècle.

 

 

Le choeur est orné d'un maître-autel en marbre blanc, cuivre doré et mosaïques

qui fut primé au XIX° siècle à l'exposition des maîtres-autels d'Anvers.

 

Le musée des dentelles et broderies.

 

Installé dans la fabrique de dentelle de Théophile et Jean-Baptiste Carpentier (1998), le musée présente

une collection technique illustrant la chaîne de fabrication de la dentelle sur métier Leavers grande largeur, spécificité de Caudry, ainsi qu'une collection textile composée majoritairement d'échantillons

et de robes en dentelle et broderies de Caudry et ses environs. La particularité de l'industrie dentellière locale,

qui consiste à rebroder les dentelles mécaniquement ou à la main, est également représentée.

 

Au XIX° siècle, la technique des métiers mécaniques créés en Angleterre est une révélation pour Caudry et sa région. C'est par la fraude que Placide Gabet installe en 1826 le premier métier à tulle uni à Caudry et, vers 1840, que Théophile Tofflin commence la fabrication du tulle fantaisie établissant ainsi les premiers éléments de la prospérité caudrésienne L'importance du matériel et le travail persévérant d'hommes et de femmes attachés à leur profession font de la cité un centre industriel de premier ordre.

De 1926 habitants en 1804, Caudry passe à une population de 13.360 en 1911 et devient une véritable ville où se juxtaposent corons ouvriers, maisons de maître, ateliers textiles... De nos jours, 6 dentelliers caudrésiens exportent plus de 80 % d'un produit raffiné dont le nom évoque la délicatesse, l'élégance et la féminité. En soie, en coton ou synthétique, agrémentée de fils d'or, parée de paillettes ou de perles, la dentelle reste le fondement du tissu industriel local.

 

Sources :

http://fr.wikipedia.org/

https://www.tourisme-cambresis.fr/
https://www.caudry.fr

Panneaux explicatifs présentés à l'intérieur de l'édifice

C.P.A. collection privée en prêt

Visite et photos, Chantal Guyon, le 21 août 2019

 

 

Chantony - Patrimoine et Histoire  
50660 - Lingreville