PORT-LOUIS  (Morbihan)
Arrondissement de Lorient - Canton de Hennebont
Région Bretagne
 Population : 2.644 Port-Louisiens en 2014.

 

Vue aérienne avant 1970.

 

 

Eglise romane Notre-Dame de l'Assomption

 

 

La pierre de la première église fut bénite le 21 Mai 1657, par le recteur de Riantec Urbain Sauvageau et scellée par le lieutenant du Roi agissant au nom de Charles de la Porte, maréchal de La Meilleraye, gouverneur de Port-Louis et Lieutenant-Général du Roi en Bretagne, et de Marie de Cosse-Brissac, sa femme. Les travaux durèrent assez longtemps puisqu'on n'y célébra la messe qu'à partir du 15 Août 1665.

 

De l'ancien édifice on a conservé la façade de style Renaissance néo-classique,

avec ses pilastres et son fronton.

Le clocher carré est percé de baies en plein cintre et décoré de pilastres.

 

L'église, conçue par l'architecte Hennebontais Mathurin Greslepoix, est en forme de croix latine, longue de plus de quarante mètres, large de douze dans la nef et de trente au transept. La charpente était lambrissée, et sur la croisée du transept se dressait un clocher couvert d'ardoises, haut de quinze à seize mètres.

 

La fontaine Notre Dame (1861), édifiée par l'architecte Emile Aimé et restaurée en 1995.

L'édifice a brûlé le 1° Mai 1918.

Le feu avait pris dans la sacristie par l'imprudence d'un choriste

et il se communiqua au bâtiment dévorant charpente et mobilier,

pour ne laisser debout que des murs sans toit, et un monceau de gravats.

 

Le clocher est situé sur le croisée du transept et date de 1853.

Il remplace l'ancien clocher, datant de 1665, et détruit en 1820 et en 1851

Il était en charpente avec un dôme surmonté d'une pyramide.

 

 

La nef et le buffet d'orgues.

 

Les travaux de reconstruction de l’église actuelle furent entrepris dès 1921 sur les plans de l'architecte Dutartre de Lorient. Pour prévenir un nouvel incendie, il décida de couvrir l’église d'une charpente et d'une voûte en ciment armé dont les doubleaux retombent sur des poteaux adossés aux murs. Le choix de ce matériau explique en grande partie la médiocre acoustique de l’église.

 

La chaire à prêcher est due au ciseau de M. Le Brun, sculpteur breton.

Le long de la rampe et tout autour de cette chaire, sont représentées, en bas reliefs,

diverses scènes de l'ancien et du nouveau Testament. Elle fut posée en 1847.

 

Transept sud, triptyque d'après Rubens avec une descente de croix,

la Visitation et la Présentation au temple.

 

Statues : Education de la Vierge, Petit Jésus de Prague, Saint Homme et Notre-Dame.

 

Transept nord, tableau de l'Annonciation d'après Léonard de Vinci.

 

Autel en pierre blanche avec des éléments de marbre de couleur et de mosaïques.

Statues : St Jean Baptiste, Sacré Coeur et Sainte Thérèse de Lisieux.

 

Vue sur le choeur depuis le portail occidental.

Autel en pierre blanche avec des éléments de marbre de couleur et de mosaïque.

 

La table du maître autel repose, en avant, sur des colonnettes de marbre qui délimitent trois compartiments ou s'inscrivent, au centre, la scène d'Emmaüs, sur les côtés, les figures du Pélican et de l'Agneau mystique. Elle s'adosse à un épais massif qui sert de support au tabernacle encadré de pilastres et coiffé d'un fronton triangulaire.

 

Tableau de l'Assomption d'après Le Titien.

L'ensemble des vitraux sont du peintre Mériel-Bussy.

 

Sources :

http://fr.wikipedia.org/

Brochure "La citadelle et la ville de Port-Louis, de 48 pages

Musée de la Marine, Port-Louis, 2015

Brochure 12 pages "Bienvenue au coeur de Cité", O.T. Port-Louis

Panneaux explicatifs présentés sur le site

C.P.A. collection privée, en prêt

Visite et photos, Chantal Guyon, 20 avril 2017

 

 

Chantony - Patrimoine et Histoire  
50660 - Lingreville