PLOËRMEL  (Morbihan)
Arrondissement de Vannes - Canton de Ploërmel
Région Bretagne
 Population : 9.516 Ploërmelais en 2014.

 

 

Eglise gothique Saint Armel

 

 

L'église actuelle date, en majeure partie, du XVI° siècle.

 

Vues aériennes avant 1970.

 

De style gothique flamboyant et Renaissance, l'Eglise s'élève à l'emplacement

d'un édifice du XV° siècle. dont quelques vestiges

furent utilisés lors de sa construction de 1511 à 1602.

 

L'effondrement du clocher, en 1508 avait entraîné la ruine d'une grande partie de la nef qui dut être reconstruite. Cependant des vestiges d'un édifice plus ancien subsistent dans le chevet qui est incliné par rapport à l'axe de l'église. La travée basse de la nef et la tour ont été sérieusement remaniées en 1740.

 

 

Portail de la façade nord.

 

Le portail nord est l'un des plus beaux portails ouvragés de Bretagne.

 

Les deux piliers de la porte d’entrée sont couverts jusqu’en bas de sujets allégoriques.

 

Des contreforts pyramidaux atteignent le second étage

et la tour d'escalier polygonale monte encore plus haut.

Mais la partie supérieure et sa balustrade

appartiennent visiblement à la campagne du XVIII° siècle.

 

L'imposante tour carrée et ses nombreuses gargouilles.

Quatre gros piliers supportent la tour qui a servi à la triangulation des cartes de Cassini.

Le pignon sommé de trois croix, domine tous les autres

et les rampants aigus sont accidentés de crochets en forme d'animaux.

 

La façade méridionale aligne une succession de pignons troués de hautes fenêtres

et séparés par des contreforts à pinacles.

 

La tribune d'orgue.

 

L'édifice se compose d'une nef de cinq travées avec bas-côtés.

La voûte en bois est ornée de poutres et sablières richement sculptée.

 

Au bas de la tour carrée s'ouvre une porte au cintre à peine brisé,

accompagnée de pilastres et d'une accolade.

 

La voûte de l’église est en bois et en ogive, en forme de berceau, ornée de poutres

et sablières richement sculptées, ce qui la rend plus légère et plus élancée

que la plupart des voûtes construites à la même époque dans les églises de Bretagne.

 

Les moulures des hautes arcades pénètrent directement dans les colonnes engagées

sur les quatre faces des piles carrées ce qui donne beaucoup d'élan à la nef.

 

Le comte Jean de Montfort fit ériger un tombeau de marbre sur lequel se trouvait

la statue en albâtre du duc Jean II, comte de Richemont, mort à Lyon en 1306,

et enterré à Ploërmel, dans l’église des Carmes.

 

Il était représenté armé de pied en cap, avec une cotte de mailles qui descendait jusqu’aux genoux, et son écu armorial attaché sur sa cuisse gauche. Le duc Jean III, mort à Caen, en 1341, fut enterré aussi aux Carmes de Ploërmel.

 

La chapelle des fonts baptismaux.

 

Tombeaux d'un sire de Montauban, une dame de Léon, dont la figure a du caractère,

et quelques autres débris, dont les mutilations n’ont pas détruit tout le mérite,

des pleureurs et des pleureuses sont épars sur le sol.

 

Très belle porte sculptée en bois.

 

 

 

Le choeur est flanqué de deux chapelles latérales.

 

Les magnifiques verrières dont l'arbre de Jessé, 1552.

 

Malgré l'ambiance colorée qu'ils donnent à l'église, les vitraux modernes ne parviennent pas à faire oublier l'irrécupérable destruction, par un bombardement, d'une magnifique galerie de verrières du XVI° siècle.

 

Statues : Saints Marcouf, Pietà, Jean Baptiste et Anne.

 

Sources :

http://fr.wikipedia.org/

"Dictionnaire des églises de France, Bretagne"

Editions Robert Laffont, 1968

Dépliant 4 volets "Balades à Ploërmel", O.T. de Ploërmel

C.P.A. collection privée, en prêt

Visite et photos, Chantal Guyon, 22 février 2017

 

 

Chantony - Patrimoine et Histoire  
50660 - Lingreville