BELZ (Morbihan)
Arrondissement de Lorient  - Canton de Quiberon.
Région Bretagne.
 Population : 3.655 Belzois en 2014.

 

D'une superficie de 1.267 hectares et d'une altitude de 0 à 33 mètres,

le territoire de la ville est borné au nord et à l'ouest par la ria d'Etel.

La rivière d'Etel (ou ria) est un petit fleuve côtier qui coule dans un aber :

sa vallée profonde est envahie par la mer à marée montante.

 

 

L'île et la chapelle romane Saint Cado

 

 

Située dans la ria de l'Etel, l'ile Saint Cado est reliée à la terre par un pont de pierres.

Ancien port sardinier, son nom vient de Saint Cadou qui y aurait vécu en ermite au VI° siècle.

 

Le pont digue dont les premières traces remontent au Moyen Age, servait de lieu d'accostage aux chaloupes sardinières et de liaison entre le continent et l'île. En 1636, il s'agissait d'une digue percée en deux endroits pour l'écoulement des marées. Ces deux percements étant simplement couverts d'un platelage de bois. Les parapets sont d'époque contemporaine.

 

La chapelle romane Saint Cado.

 

La chapelle actuelle date du XII° siècle, mais a subi par la suite diverses transformations.

Elle est de style roman dans sa partie principale : le choeur et la nef.

 

Saint Cado vint en Armorique, comme tant d'autres moines de son pays, à une époque non déterminée qui se situe du V° au VII° siècles. Il accompagnait ou venait retrouver des compatriotes Gallois chassés par l'invasion saxonne. Il s'habitua dans l'île de la rivière d'Etel qui porte son nom. Il y construisit un oratoire, fonda un monastère (Llancarfan) et se consacra à l'évangélisation du pays. Son influence y fut très importante.

 

Le portail ouest est du XVI° siècle.

 

On attribue également à Saint Cado la construction de la chaussée qui relie l'île à la terre ferme. Cette construction a donné lieu à une légende populaire. Un jour, l'île fut envahie par des pirates, qui la dévastèrent et en chassèrent Saint Cado. Celui-ci retourna dans son pays d'origine, où il se fit remarquer par ses œuvres de charité et plus tard, fut sacré évêque et mourut martyr.

 

Vue sur la chapelle depuis le pont de pierres.

Les moines de Quimperlé héritent de l'ermitage de Saint Cado et y établissent un prieuré (XI° ou XII° siècle).

La chapelle devient un centre  de pèlerinage, et de nombreux malentendants viennent y chercher la guérison.

 

 

Le clocher de pierre qui en surmonte le pignon sud a dû remplacer un clocher roman.

 

La tribune avec ses panneaux de bois sculptés est du XVI° siècle.

Ils sont tous dissemblables, et restaurés en 1954.

Un escalier de pierre conduit à la tribune, laquelle est surmontée d'un oculus.

 

Dans la nef, les piliers sont maintenant débarrassés du lait de chaux qui les recouvraient.

La voûte possède encore ses poutres apparentes.

 

Ce vitrail représente le travail de la mer :

▪ Près du calvaire de Pen et Pont, un pêcheur revenant de la pêche portant deux beaux thons.

▪ Près de lui, une femme de marin. (En filigrane Saint Cado).

 

Le petit autel, appelé lit de Saint Cado, en pierres taillées, avec son oreiller de pierre.

Sous le lit, un orifice rectangulaire plus haut que large : c'est dans l'excavation maçonnée pratiquée devant cet

orifice, que les sourds viennent s'étendre pour appliquer l'oreille sur la pierre du fond en demandant la guérison.

 

Un petit autel en pierres, à l'emplacement d'une ancienne porte de la première construction.

Il est surmonté d'une petite fenêtre et d'un vitrail qui l'éclairent.

Dans la chapelle sud, statues de Saint Marc tenant l'évangile, à ses pieds un lion,

et Saint Yves montrant une pièce de monnaie.

 

Ex-voto, un bateau à trois mâts, armé de canons, que l'on porte en procession

le jour du pardon. Il a remplacé un bâtiment de guerre de modèle ancien.

 

Statues : Saint Roch et une pietà du XV° siècle, dont le Christ est présenté presque debout.

 

Présentation d'un Père éternel et du Saint Esprit.

Vitrail représentant les parents de Saint Cado :

▪ Gundlien ou Guen-Liou, surnommé le guerrier, prince de Glamorgan en Pays de Galles.

▪ Gwladus ou Gwladis, fille d'un roi Gallois. Elle est la mère de Saint Cado.

Cette princesse du V° siècle, se fit ermite après son veuvage.

 

A l'entrée du choeur, des arcatures romanes.

Il est étroit, avec abside semi-circulaire

Il existait à droite du choeur, une porte maintenant bouchée qui donnait sur un cloître

ou une sacristie qui n'existe plus. La charpente est apparente.

 

Chapiteaux romans décorés de crossettes. Le choeur est éclairé par trois fenêtres.

 

L'autel en pierre date de 1960. Statue en bois de Saint Cado.

 

Le calvaire.

 

Au milieu du placître, près de la chapelle, ce monumental calvaire de pierre

avec 3 larges escaliers et 4 piliers ornés de têtes d'anges

et surmontés de flammes. Il fut érigé en 1822.

 

Autrefois, le jour du pardon, le clergé s'y tenait pour le chant des vêpres, la prédication

et la direction de la procession. Ce pardon a lieu le 3° dimanche du mois de septembre.

 

La fontaine Saint Cado, du XVIII° siècle.

 

En contrebas de la chapelle, cette grande fontaine dédiée à Saint Cado.

 

Elle comprend la fontaine et un bassin auquel on accède par deux escaliers.

Elle est régulièrement envahie par la haute mer et fut restaurée en 1936.

 

La statue de Saint Cado est contemporaine.

 

L'îlot de Nichtarguer (ou maison de l'huître).

 

C'est une minuscule bande de terre sur laquelle est construite en 1894 cette jolie maison.

C'était celle du gardien du parc ostréicole.

 

Sources :

http://fr.wikipedia.org/
Dépliant 4 pages "Paroisse de Belz, St Cado et sa chapelle"

Panneaux explicatifs présentés sur le site

C.P.A. collection privée, en prêt
Visite et photos, Chantal Guyon, 20 avril 2017

 

 

Chantony - Patrimoine et Histoire  
50660 - Lingreville