QUESTEMBERT  (Morbihan)
Arrondissement de Vannes - Canton de Questembert.
Région Bretagne
 Population : 7.399 Questembertois en 2014.

 

D'une superficie de 6.638 ha, et d'une altitude de 27 à 128 mètres,

le village est situé entre Vannes et Redon et traversé par les rivières St Éloi et l'Etier.

 

Etymologie : Questembert vient du breton « kesten » ou « kisten » (châtaignes)

et de « Perz » ou « Perh » (région).

C’est le châtaignier qui a donné son nom à la ville et a forgé sa devise  : 

« A rude écorce, cœur généreux ».

 

 

Les halles du XVI° siècle

 

 

Halle à la charpente en chêne couverte d’ardoises.

 Elle a été construite en 1552 sur l’emplacement de l’ancienne Cohue,

due à Jérôme de Carné, Comte de Cohignac et créateur des Foires de Questembert,

et restaurée en 1675 par un entrepreneur local, Estienne Charpentier.

 

Généralement couvertes, les Halles sont conçues pour abriter, délimiter et réglementer une zone d’échanges commerciaux. Le marché est le lieu privilégié de la convivialité où s’échangent marchandises et informations. Autrefois, drapiers, cordiers, cordonniers, paysans s’y retrouvaient pour y écouler leurs marchandises qui constituaient l'essentiel de l'activité des foires d’antan.

 

Il s’agit d’une des trois halles couvertes anciennes qui restent en Bretagne.
L’édifice, formant une place de marché couverte, fait plus de 10 mètres de haut

et 55 mètres de long pour une surface couverte de 1.180 mètres carrés.

Les Halles sont entourées de maisons moyenâgeuses et accueillent chaque lundi le marché.

 

Restaurées en 1997, les Halles n'ont en fait jamais été autant utilisées qu’aujourd’hui.

Elles reçoivent chaque semaine : un grand marché régional

et un marché de produits locaux, mais aussi les brocantes,

les concerts et autres manifestations culturelles.

 

 

La cité historique

 

 

L'hôtel de ville.

 

 

L’hôtel Belmont date du XV° siècle. Transformé à plusieurs reprises,

ce bâtiment a notamment abrité une boucherie et l’office du tourisme.

 

 Cette tourelle est coiffée d’une toiture originale de 4 versants à double cintres qui se rejoignent en accolade au sommet. La saillie extérieure de ce toit abrite 2 caryatides de bois sculptées, qui représenteraient « Questembert et sa femme ».

 

Dans ce superbe ancien hôtel, l'office de tourisme actuel.

 

Le lavoir du vieux presbytère et la fontaine.

 

Le vieux presbytère daterait du XV° siècle. Il est typique des demeures campagnardes et aristocratiques de la vieille France (propriété privée). Le lavoir du presbytère fait penser, en dimensions réduites, aux Halles. La fontaine, avec ses trois torses, est plutôt originale.

 

Les chapelles.

 

Chapelle Saint Michel construite vers 1440

sous le règne du Duc de Bretagne, (François 1er), à l'endroit où

St Vincent Ferrier prêcha le 3 mars 1418 lors de son passage à Questembert.

Elle abrite une belle série de statues en bois polychrome du XVI° siècle.

 

Les seigneurs de Rochefort, importante juridiction de Questembert et de ses environs, en furent les fondateurs. A gauche de la chapelle se trouve une croix historiée à panneaux, dite “croix bannières” du XV° siècle. Devant l’entrée, un grand if, plusieurs fois centenaire, semble protéger les tombeaux des recteurs de la paroisse dont celui du père Mulot, co-fondateur de la congrégation des pères de Montfort, qui mourut en mission à Questembert en 1749.

 

Chapelle Saint Jean de l'Hôpital (village de Saint Jean).

Cette chapelle a été fondée par les Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem

au XII° siècle, et qui succédèrent aux Templiers.

 

L’édifice, construit suivant un plan en forme de croix latine, a été remanié aux XVII° et XVIII° siècles. Le bras nord est relié à la nef par deux arcades basses en plein cintre (la courbe de l’arcade dessine un demi-cercle) reposant sur des colonnes cylindriques, caractéristiques des édifices religieux appartenant aux Chevaliers de Saint Jean de Jérusalem. A l'intérieur, se voit encore un écusson à croix de Malte portant le nom de François Thomas (avant dernier commandeur de Carentoir) ainsi que la date de 1780. En novembre 1793, une partie de la chapelle a été brûlée par les troupes de François Julien Le Batteux. Depuis les années 80, des vitraux représentant les Saints protecteurs de la frairie de St Jean ont été posés. La chapelle abrite également un maître-autel en granit et plusieurs statues, notamment celle de Saint Cornély, protecteur des bêtes à cornes.

 

Sources :

http://fr.wikipedia.org/

http://www.mairie-questembert.fr/

http://www.infobretagne.com/
"Circuit découverte du Patrimoine" O.T. Rochefort-en-Terre

Panneaux explicatifs présentés sur le site

C.P.A. collection privée, en prêt

Visite et photos, Chantal Guyon, 23 février 2017

 

 

Chantony - Patrimoine et Histoire  
50660 - Lingreville