VOUILLON  (Indre)
Arrondissement d'Issoudun- Canton d'Ardentes
Région Centre Val de Loire.
 Population : 238 Vouillonnais en 2015.

 

D'une superficie de 1.498 hectares, et d'une altitude de 142 à 171 mètres,

le village est situé dans la région naturelle de la Champagne berrichonne.

 

Vue aérienne du village, avant 1970.

La culture de la lentille verte du Berry est présente dans la commune, mais également,

elle se trouve dans la zone de production du lait, de fabrication et d'affinage du fromage Valençay.

 

 

La lanterne des morts,

dite croix de Saint Georges, du XII° siècle.

 

 

A cet emplacement se situait autrefois le cimetière du prieuré Saint-Saturnin de Vouillon,

dont il ne reste que des ruines et une partie de l'église du XII° siècle.

La tradition locale parle d'un cimetière de chevaliers de Malte.

 

Le monument,  monté sur un socle est constitué d'une pile carrée couronnée par un glacis.

 

Le couronnement est composé d'un petit dôme ovoïde orné de quatre frontons rayés horizontalement et terminé par un tore. Au-dessus, une sorte de fleuron conique, orné à la base de quatre autres petits frontons lisses et, au sommet, une grosse bague torique termine l'ensemble en forme de bouteille.

 

L'église prieurale romane Saint Saturnin, des XII° et XV° siècles.

 

L’étrange édifice roman à deux étages qui sert aujourd’hui d’église paroissiale,

n’est pas un temple antique ou une crypte comme on l’a parfois supposé, mais une galilée.

 

À Vouillon, malgré les mutilations dues à des incendies qui firent disparaître la grande église

située à l’est de la galilée, les dispositions d’origine sont encore très reconnaissables.

Ceci donne un très grand prix à ce rare témoin des usages liturgiques des moines bénédictins du XII° siècle.

 

Une galilée est un porche monumental surmonté d’une tribune comme il s’en est conservé dans un certain nombre de grandes églises bénédictines, comme Tournus, Vézelay, Saint-Germain d’Auxerre, Déols, dont Vouillon était le plus important prieuré. Une des caractéristiques majeures des galilées clunisiennes est que le rez-de-chaussée peut s'ouvrir à l'extérieur par des arcades ou former un espace à murs continus, alors que l'étage renferme toujours une chapelle qui se termine à l'est par une abside dont le cul-de-four surplombe la nef de l'église : c'est ce qui distingue la galilée clunisienne d'un narthex, par exemple.

 

Sources :

http://fr.wikipedia.org/

http://www2.culture.gouv.fr/public/

https://www.sauvegardeartfrancais.fr/

Panneau explicatif présenté sur le site

C.P.A. collection privée en prêt

Visite et photos, Chantal Guyon, le 22 mai 2018

 

 

Chantony - Patrimoine et Histoire  
50660 - Lingreville