BESANÇON  (Doubs)
Arrondissement de Besançon - Canton de Besançon.
Région Bourgogne-Franche-Comté.
 Population : 116.990 Bisontins en 2014.

 

 

 

Basilique Saint Ferjeux et Saint Ferréol

 

 

La Basilique Saint-Ferjeux est de style éclectique romano-byzantin,

et construite de 1884 à 1898 par l'architecte franc-comtois Alfred Ducat.

Elle est située dans le quartier de Saint-Ferjeux.

 

La basilique avant 1915 et 1970.

Elle rend hommage à saint Ferjeux et à saint Ferréol,

deux martyrs chrétiens assassinés pour avoir tenté de convertir

la femme du gouverneur romain Claude, en 212.

 

Les saints patrons de la ville de Besançon avaient en effet été invoqués en octobre 1870 par le cardinal Mathieu pour protéger la ville des troupes prussiennes. La ville ayant été épargnée, le 26 janvier 1871 il prononce le vœu solennel d'ériger un nouvel édifice sur le lieu que la tradition locale reconnaissait comme la grotte qui avait abrité les deux saints.

 

 

La façade antérieure est calée par deux imposantes tours.

 

 

 

 

La coupole et les tours.

 

Vue sur les orgues et le portail occidental, depuis le choeur.

 

 

Des peintures murales réalisées par des artistes originaires de la ville

se déroulent au-dessus des grandes arcades de la nef.

 

Le transept et une partie de la nef sont accessibles par deux escaliers situés latéralement.

 

La coupole.

 

La coupole est ornée de mosaïques et présente les quatre évangélistes :

Matthieu, Jean, Luc et Marc.

 

La foi repose sur le témoignage des apôtres. Parmi ceux qui ont relaté les épisodes marquants de la vie de Jésus, quatre ont été retenus par l'Eglise. Les évangiles de Matthieu, Marc et Luc présentent de nombreux points communs. On les appelle "synoptiques", parce qu'on peut les présenter en colonnes pour mieux les comparer. Le quatrième évangile, celui de Jean, apparaît bien spécifique, dans son plan comme dans les thèmes qu'il aborde.

 

Escalier d'accès à la crypte romane, située sous la basilique, (fermée lors de mon passage).

L'église de saint Ferjeux est construite sur la grotte qui existe encore dans la crypte

sous l'église et renferme les reliquaires de saint Ferjeux.

Saint Ferjeux, prêtre évangéliste martyr ayant fondé

l'église catholique de Vesontio (nom antique de Besançon) à la fin du II° siècle.

 

La sacristie.

 

Depuis le déambulatoire, vues sur le choeur et les chapelles.

 

Dans l'une des chapelles, présentation d'une maquette de l'ancienne église

Saint Ferjeux, construite en 1659 et détruite en 1893.

 

 

Cinq chapelles sont situées autour de l'abside.

Les vitraux sont fabriqués par l'atelier Gaudin.

 

Le choeur.

 

Les sculptures sont de Just Becquet et complètent le décor.

 

Ferjeux et Ferréol sont tous les deux martyrisés le 10 juin 212 et décapités sur ordre du Gouverneur romain Claude qui voit dans leur action chrétienne une source de trouble public.  Ils deviennent les Saints patrons de Besançon et sont fêtés conjointement le 16 juin.

 

C’est à partir de 1896 que sont posées les premières verrières

dans la toute nouvelle église du quartier Saint-Ferjeux.

Plusieurs campagnes seront nécessaires pour orner l’ensemble des 67 fenêtres.

L’atelier de Félix Gaudin repris par son fils Jean est chargé de la commande jusqu’en 1925.

 

Le quartier Saint-Ferjeux.

 

L’histoire de ce quartier est indissociable de l’histoire du christianisme à travers les siècles. L’arrivée à la fin du II° siècle après J. C. de Ferréol et Ferjeux, évangélisateurs de la province de Séquanie, en est le point de départ. Après leur exécution en 212 un culte secret se développa en souvenir de ces deux martyrs à l’endroit même où ils avaient séjourné, ce culte devenant public à partir de la fin du IV° siècle. Les pèlerinages attiraient bon nombre de chrétiens et plusieurs bâtiments successifs furent édifiés à la place de la grotte primitive, d’abord une chapelle puis plusieurs églises, un couvent, des annexes, jusqu’à la basilique actuelle.

 

Il ne reste hélas que peu de vestiges de ces anciens bâtiments et des constructions du quartier. L’habitat était principalement concentré autour de l’église, Saint-Ferjeux restant longtemps un village agricole séparé de Besançon et ne comptant qu’un nombre limité d’habitants. Il a fallu attendre le début du XX° siècle pour que le développement de la ville se fasse en direction de Saint-Ferjeux, en raison notamment du déclassement de la cité en tant que place forte et de la desserte du quartier par le tramway. Mais c’est après les années 1950 que le quartier connut son évolution la plus importante avec la construction de logements collectifs et de cités-jardins.

 

Sources :

http://fr.wikipedia.org/

http://www.besancon-tourisme.com/

C.P.A. collection privée, en prêt

Visite et photos, Chantal Guyon, 20 juin 2017 

 

 

Chantony - Patrimoine et Histoire  
50660 - Lingreville