SAINT GOUSSAUD  (Creuse)
Arrondissement de Guéret - Canton du Grand Bourg
Région Nouvelle Aquitaine
 Population :  163 Gonsaldiens en 2015.

 

D'une superficie de 243 hectares, et d'une altitude de 377 à 694 mètres,

le village est situé à l'est des monts d'Ambazac, au cœur des monts de la Marche,

et limitrophe à l'ouest du département de la Haute-Vienne.

 

Etymologie : ses origines sont gallo-romaines, comme en témoignent les vestiges

(ruines d'un temple et d'un théâtre) que l'on peut voir sur le Puy-de-Jouer (694 m).

 

Vue aérienne avant 1970 : le village, l'église Saint Goussaud et à droite,  la lanterne des morts.

 

Comme de nombreuses communes creusoises, Saint-Goussaud a fourni durant des siècles un nombre important de maçons de la Creuse. Certains se sont définitivement établis dans les régions de Paris, Lyon ou encore Reims comme ouvriers ou comme entrepreneurs, notamment au XIX° siècle. Les maçons de Saint-Goussaud allaient en grande majorité travailler en Île-de-France, dans l'Aisne et dans la Marne.

 

 

La lanterne des morts

 

 

Fanal funéraire construit en granit du pays et daté du XIII° siècle.

 

Haute de 5,5 mètres et de plan carré, la lanterne était primitivement placée dans le cimetière, près de l'église.

Elle fut déplacée sur le terrain actuel en 1811.

 

L'ouverture nécessaire pour placer la lampe se trouve sur la face postérieure,

au-dessus de l'arase de la table d'autel.
Quatre fenêtres plein-cintre forment la lanterne recouverte d'un toit conique.

 

 

Eglise Saint Goussaud

 

 

Au VII° un disciple de saint Priest, évêque de Clermont, Gonsaldus (d'où le nom de la commune), devenu berger,

y aurait installé son ermitage. Après sa mort, en 689, un culte populaire s'est développé

sur les lieux de son tombeau. On invoquait le saint homme pour la protection du bétail.

 

Le monument aux morts et la façade occidentale.

 

L'église avant 1970.

 

 

L'église à chevet droit est datée de la fin du XII° ou du début du XIII° siècle.

Le clocher polygonal a été construit au XIX° siècle.

 

La nef unique est de quatre travées, voûtée en berceau,

à l'exception de la dernière travée et du choeur couverts de voûtes d'ogives du XV° siècle.

 

 

La chapelle nord a été édifiée au XV° siècle, et  celle du sud au XVII° siècle.

L'ensemble des vitraux sont datés 1913.

 

Vue sur le choeur, depuis le portail occidental.

L'église possède un curieux reliquaire en cuivre doré et ciselé du XIII° siècle

provenant de l'abbaye limousine de Grandmont.

 

Clef de voûte armoriée.

Statue en bois du XVII° siècle, représentant saint Goussaud, avec un petit bœuf

dans lequel il est d'usage de piquer des épingles pour invoquer la protection du saint homme.

 

Sources :

http://fr.wikipedia.org/

Dictionnaire des églises de France, "Auvergne, Limousin, Bourbonnais"

Volume IIB, Editions Robert Laffont, 1966

C.P.A. collection privée en prêt

Visite et photos, Chantal Guyon, le 25 juin 2018

 

 

Chantony - Patrimoine et Histoire  
50660 - Lingreville