TREGUIER   (Côtes d'Armor)
Arrondissement de Lannion - Canton de Tréguier.
Région Bretagne
 Population : 2.470 Trécorrois en 2015.

 

 

TREGUIER,

ville labellisée "Petite cité de caractère"

 

 

La cité est une des étapes du Tro Breizh : un pèlerinage en l'honneur des sept saints fondateurs

de la Bretagne  et qui relie les cités épiscopales de Dol-de-Bretagne, Saint Malo, Saint Brieuc,

Tréguier, Saint Pol-de-Léon, Quimper et Vannes.

C'est aussi, dès le Moyen Age, une cité d'art : de nombreux peintres-verriers et orfèvres s'y installent,

et la ville a inspiré des hommes de lettres et artistes : Ernest Renan, Anatole Le Braz, Henri Pollès.

 

Avant 1970, vue aérienne sur la ville et l'ancienne cathédrale Saint Tugdual.

La ville occupe un promontoire au confluent des rivières du Guindy et du Jaudy.

 

Le site est occupé dès le V° siècle, mais c'est au VI° siècle que la ville aurait acquis sa fonction religieuse. Tugdual, un moine gallois, est missionné pour évangéliser l'Armorique. Il aurait fondé deux monastères : l'un au Conquet à l'ouest de la Bretagne, et l'autre, à l'emplacement de l'actuelle cathédrale. Tugdual est un personnage important puisqu'il apparaît parmi les sept saints fondateurs de la Bretagne.

 

L'hôtel de ville et le Monument aux morts appelé " La douleur ".

 

L'oeuvre "la Pleureuse" ou " la Douleur" est réalisée par le sculpteur Francis Renauld en 1920. Ce monument aux morts atypique présente une femme du pays pleurant la perte des siens. Il contraste avec ceux produits en série et glorifiant les héros morts pour la patrie.

 

L'ancien évêché, des XVII° - XVIII° siècles.

Au cours de l'histoire, l'ancien évêché a servi successivement d'ouvroir, de presbytère, d'hôtel central

et est devenu aujourd'hui l'hôtel de ville. A l'étage, salle capitulaire dite d'Honneur,

avec de très belles boiseries relatant l'historique d'évènements bretons ou trégorrois.

 

Les maisons à pans de bois.

 

Cinquante sept maisons à pans de bois classent Tréguier au 7° rang des villes bretonnes,

après Rennes, Vannes, Morlaix, Vitré, Dinan et Quimper.

La plupart de ces maisons datent du XV° et XVI° siècle, mais plusieurs ont été reconstruites

suite aux destructions des ligueurs à la fin du XVI° et ont perdu une partie de leur ornementation.

 

 

La Place du Martray et la statue d’Ernest Renan par Jean Boucher (1903).

La place du Martray est la place du marché.

Le marché de Tréguier est l'un des plus importants du Trégor.

Les halles, détruites en 1920 se trouvaient à proximité de cette place.

 

Jusqu'au XIX° siècle de nombreuses échoppes encadraient la place du Martray

et se pressaient contre les flancs de la cathédrale.

 

Photo de droite, maison natale d'Ernest Renan, devenue musée national en 1947,

labellisée « Maison des illustres » en 2011. Elle est consacrée à sa vie et à son œuvre.

 

 

Les hôtels particuliers.

 

Hôtel de Tournemine et sa jolie porte sculptée.

Emplacement du manoir où a débuté le procès de la canonisation de Saint Yves le 22 juin 1330.

 

Hötel Kermorvan, du XVII° siècle.

Grande construction en granite que M. Balthazar Grangier légua aux lazaristes

qui dirigeaient le Grand Séminaire de Tréguier.

 

Hôtel de Coétivy.

Bâtiment ayant appartenu à la plus ancienne noblesse de Bretagne.

Alain de Coétivy (1404-1474) fut Conseiller de Charles VII, Légat du Pape en Gaule.

Il fit beaucoup pour le culte de Saint Yves lorsqu'il était à Rome.

 

Les parents de l'écrivain Henri Pollès ont résidé dans cet hôtel. Henri Pollès est né à Tréguier en 1909. Il reçoit en 1933 le prix populiste pour son roman "Sophie de Tréguier", et en 1983 son roman "Sur le fleuve de sang vient parfois un beau navire", lui vaut le prix Paul Morand de l'académie française.

 

Les ruelles et venelles.

 

 

Dans l'une de ses ruelles, se trouvait la demeure habitée par l’abbé Sieyès

pendant son séjour trécorrois de 1775 à 1780.
En redescendant vers la place du Martray, à l’angle à gauche après la venelle des « Trois Avocats »,

se trouvait le premier couvent des Paulines (1699).

Désaffecté en 1791, le bâtiment servit de prison pendant la période révolutionnaire.

 

Les portes de la ville.

 

 

Au nombre de trois, ces importantes tours servaient à surveiller la rivière et le port.

Leur fonction n'a cessé d'évoluer au fil des siècles puisque le rez-de-chaussée est successivement

occupé par des auberges et des demeures de marchands d'huîtres élevées dans les eaux du Jaudy.

Les étages abritaient des greniers à blé et des résidences d'armateurs.

 

Les tours d'armateurs du XVII° siècle, qui marquent l'entrée de la vieille ville.

Jusqu'au XIX° siècle la mer remontait jusqu'au pied des tours.

 

Le port.

 

Tréguier a pu bénéficier d'un port d'estuaire à partir du XIV° siècle.

Au XIX° siècle les quais du port sont aménagés pour gagner de la place

et accueillir les navires au tonnage plus important.

A cette époque, Tréguier est un port de pêche à la morue et exporte du bois et des productions agricoles.

 

Les rives du Jaudy.

Aujourd'hui la vocation portuaire perdure grâce à son port de plaisance.

 

L'aqueduc sur le Guindy - Pont Canada construit en 1954 sur le Jaudy.

 

▪ L'aqueduc sur le Guindy est un pont-aqueduc franchissant la rivière du Guindy, construit au début du XVII° siècle pour alimenter en eau la ville de Tréguier. L'aqueduc est construit en pierres de taille en schiste, et comporte huit arches plein cintre.

▪ Le pont Canada est un pont routier qui enjambe l'estuaire du Jaudy, entre les communes de Tréguier et de Trédarzec. Il est le premier pont de son type construit en Europe. Le pont actuel est le troisième pont Canada. Avant la construction du premier pont, trois bacs assuraient la traversée du Jaudy entre Tréguier et Trédarzec. Le service des bacs s'arrête en 1835.

 

Le calvaire de la réparation.

 

Oeuvre du sculpteur Yves Hernot, et inauguré le 19 mai 1904,

en présence du Cardinal Labouré.

 

Pour protester contre l'érection de la statue d'Ernest Renan, les catholiques de Bretagne lancèrent

une souscription nationale afin de réaliser un "Calvaire de protestation" (appelé aussi "Calvaire de réparation").

 

Sur le socle du calvaire, on peut lire, en breton et en latin, la parole du centurion romain au pied de la croix :

"Cet homme était vraiment le Fils de Dieu".
Les statues de Saint Tugdual, fondateur de Tréguier, Saint Brieuc, Saint Pierre, Saint Maurice,

Saint Georges, Jeanne d'Arc et Saint Louis encadrent le calvaire.

 

Sources :

http://fr.wikipedia.org/

http://www.infobretagne.com/

Panneaux explicatifs présentés à l'entrée du site

Brochure "A la découverte du patrimoine", O.T. de Tréguier

Brochure "Cathédrale de Tréguier", Chanoine Yves Thomas

Editions Lescuyer, 48 pages, 2014

C.P.A. collection privée en prêt

Visite et photos, Chantal Guyon, le 24 octobre 2017

 

 

Chantony - Patrimoine et Histoire  
50660 - Lingreville