TREBEURDEN  (Côtes d'Armor)
Arrondissement de Lannion - Canton de Guingamp
Région Bretagne
 Population : 3.652 Trébeurdais en 2015.

 

D'une altitude de 0 à 104 mètres, et d'une superficie de 1.340 hectares,

la ville est traversée par le ruisseau du Goas Lagorn.

 

Etymologie : Trébeurden signifie "trêve des petits hommes", mais aussi du nom de "treb" (village)

suivi du nom d'un saint (Preden ou Prydein) inconnu.

 

 

La pointe de Bihic,

et les îles de Milliau et de Molène

 

 

Trébeurden est une station balnéaire, située à l'entrée de la baie de Lannion.

Elle correspond à la partie occidentale de la côte de granit rose.

 

La pointe de Bihit.

 

S’avançant dans la mer, la pointe de Bihit offre un magnifique panorama sur la mer et la côte.

 

Cette pointe et la petite île à sa gauche (l'île Mignonne) sont formées de la roche (grise et tranchante). Elle est très différente de la roche rose et ronde présente sur le Castel et l'île Milliau (à droite en regardant la mer) qui est l'une des plus jeunes roches granitiques armoricaines.

 

Une table d’orientation permet apprécier le paysage ; d’est en ouest, pour découvrir : le phare des Triagoz,

l’Ile Molène, l’Ile Milliau, la plage de Tresmeur, les plages de Beg-Léguer, la baie de Lannion et à l’horizon,

les côtes finistériennes, jusqu'à Roscoff et l’Ile de Batz.

 

 

Cette pointe est couverte d’ajoncs, de fougères et de bruyères.

 

Ce granite rose (ou rouge pour les scientifiques) est issu de roches magmatiques qui sont remontées et se sont refroidies très lentement, provoquant l’apparition de plusieurs anneaux concentriques : la roche âgée de 2 milliards d'années formant la pointe de Bihit, située en limite de l’un de ces anneaux, a ainsi accueilli à ses côtés du granite seulement vieux de 300 millions d'années !

 

La plage de Tresmeur et la pointe de Bihit.

 

Longue de 1 km, c'est la plage principale de Trébeurden, sertie entre la pointe de Bihit et celle du Castel,

exposée sud-ouest avec un sable extrêmement fin, c’est la plus fréquentée de la ville.

 

La plage est constituée d'un sable très fin, adossée jadis à un cordon dunaire qui la séparait

d'un étang tourbeux résiduel, et sa fréquentation se développe depuis la fin du XIX° siècle.

 

Le rond dunaire, bordé par un mur, empêche les échanges de sable entre plage et dune, et devant lequel, s'est constitué progressivement un cordon de galets. Tout au long du XX° siècle, le front dunaire a formé un arc unique, très régulier de Bihit au Castel.

 

L'île Milliau et le Castel.

 

Située près du port de Trébeurden, l’’île Milliau est une des plus grande île de l’Ouest du Trégor.
Longue d’un kilomètre de long et d’une superficie de 23 hectares, elle est accessible à pied à marée basse

quand les coefficients de marée le permettent par un passage d’une centaine de mètres

entre la pointe du Castel et Milliau.

 

Par-delà le chaos granitique du Castel, a mesure que la mer recouvre le tombolo sableux de l’île, de violents courants se forment. Arrivé sur la partie orientale de l’île, un chemin pentu s’élève à travers bois. Sur le versant abrité tourné vers le continent, s’élèvent d’anciennes plantations d’arbres qui forment rideau et au travers desquelles s’égraine un chapelet d’îlots rocheux.

 

 Situé entre le port et la plage de Tresmeur, le Castel est une presqu'île rocheuse, qui signifie "Château"

en breton, mais dans le cas présent, il désigne un promontoire rocheux donnant sur la mer.

 

Dès le Néolithique l'île a attiré une population nomade, comme en atteste notamment la découverte de microlithes. On estime que l'île a été habitée à partir de 5000 ans av. J.-C. Une allée couverte, approximativement datée de 3000 ans av. J.C. témoigne de cette présence.


La légende veut qu'au VI° siècle, un moine des pays celtiques insulaires soit venu s'installer à Trébeurden, dans le but de christianiser la ville et ses alentours. De ce moine, l'île protégeant le port empruntera le nom : Milliau. À cette époque l'île est cultivée.

 

Sur le chemin qui fait le tour, on découvre le "Père Trébeurden", un rocher en forme de visage vu de profil.

 

Au XII° siècle la famille Barac'h, propriétaire des lieux, la cède aux moines en échange de prières. À partir de cette époque, l'île se dépeuple et n'abrite plus qu'épisodiquement des marins étrangers de passage (notamment des Espagnols).

Au XX° siècle, l'île devient la propriété de la maîtresse d'un magnat de la presse parisien. En 1913, elle y fait bâtir une demeure qui abrite Aristide Briand, entre 1919 et 1933. La « Dame Jourdan » (Lucie Jourdan), propriétaire des lieux et bonne amie de l'homme politique, abandonnera l'île en 1945, laissant sa demeure en ruines.

 

Nos ancêtres érigèrent une allée couverte qui aurait servi de monument funéraire.

Puis, la légende veut que le moine Milliau, venu des pays nordiques pour évangéliser la région,

s’y soit installé au VI° siècle.

 

En 1984, l'île devient propriété du Conservatoire du littoral et est rendue à la nature et aux randonneurs. En juin 2003, après restauration des anciennes fermes, un gîte est inauguré. L'ancienne demeure de l'amie d'Aristide Briand a été détruite en septembre 2009.

 

Île de Milliau, Castel et le port de Trébeurden.

 

L'île Molène

 

L'île Molène est la propriété du Conservatoire du littoral depuis 1991. Elle est longue de 300 mètres

pour 100 mètres de large et est située à 2 miles des côtes (3 kilomètres).

 

L'Ile Molène, était le lieu traditionnel de coupe du goémon au XVIII° siècle, en particulier, le lendemain de la chandeleur, où la coupe du goémon était autorisée (par arrêt préfectoral et municipal). Le 3 février 1821, cette activité goémonière mobilisait 22 bateaux armés par 150 personnes, toutes en infraction, alors que le jour d'ouverture officielle de la campagne de coupe, soit le 16 février, 37 navires étaient dénombrés sur l'estran rocheux de l'île. Le 14 février 1838, une tempête de sud-est contraint 18 bateaux goémoniers à se réfugier sur l'île Molène, en débarquant leur équipage, qui furent secourus par Mr Le Luyer, pasteur de Trébeurden.

 

 Molène est une île dunaire et granitique d'environ 1 hectare.

 

L'Île Molène (Molénez en breton) fut surnommée en 1893 par Armand Dayot, inspecteur général des Beaux-arts, "le paradis des crevettes" (cité par A. Le Pape). Un café estival fut momentanément ouvert sur l'île Molène en 1923. Cependant la fréquentation s'arrêta en 1989.

 

Le port de plaisance de Trébeurden.

 

Aujourd'hui, l'activité du port de plaisance de Trozoul, réglementée par un arrêté municipal du 16 novembre 2010,

regroupe deux zones, la zone communale et la zone concédée.

 

Le port de Milio, face à Trozoul, malgré son accès relativement difficile, est signalé dès le milieu du XVII° siècle

comme port-refuge, connu pour le cabotage et disposant d'une sécherie à poisson.

 

Pendant et après la Révolution, le port est également réputé pour le transport du granite par des bateaux à fort tirant d'eau. Au XX° siècle, il est l'un des ports de pêche les plus importants du Trégor avec Locquémeau. En 1886, 50 bateaux de pêche naviguant entre Perros et Roscoff, 7 caboteurs et 2 borneurs fréquentent le port de Trébeurden, et ce malgré l'absence d'aménagement et l'exposition du site aux vents dominants de nord à nord-ouest.

 

En 1895, une cale débarcadère d'une centaine de mètres est construite sur le site naturel de Trozoul.

En 1990, les anciens ouvrages portuaires ont été comblés par la création du nouveau port en eau profonde.

Il ne subsiste que quelques mètres de l'ancien quai en pierres sèches aux abords de Pors-Termen.

 

A l'époque, la construction du nouveau port divise la population entre partisans qui mettent en avant les retombées économiques et adversaires qui défendent l'espace naturel et refusent la disparition de la plage de Trozoul. Une lutte, relayée au niveau national, oppose la municipalité à des associations de défense du littoral qui, en saisissant la justice, réussirent à arrêter la construction du port pendant plusieurs mois.

 

Construit en 1990-1991, le port en eau profonde offre environ 650 places pour des bateaux de différentes tailles

et se situe sur l'isthme du castel. Il est géré par la société du port de plaisance de Trébeurden (SPPT).

Affecté principalement à la plaisance, il est constitué d'un bassin à flot fermé par deux grandes digues

et accessible par deux grandes cales en béton : la cale sud et la cale nord.

 

Sources :

http://fr.wikipedia.org/

http://www.infobretagne.com/

http://www.granitrose-tour.com/

http://sallevirtuelle.cotesdarmor.fr/

http://www.conservatoire-du-littoral.fr/

C.P.A. collection privée en prêt

Visite et photos, Chantal Guyon, le 27 octobre 2017

 

 

Chantony - Patrimoine et Histoire  
50660 - Lingreville