PABU  (Côtes d'Armor)
Arrondissement de Guingamp - Canton de Guingamp
Région Bretagne
 Population : 2.772 Pabuais en 2015.

 

D'une superficie de 784 hectares, et d'une altitude de 50 à 137 mètres,

la ville est traversée par le fleuve le Trieux.

 

Etymologie : Pabu vient de l’ancien breton « pabu » (évêque), terme désignant autrefois Saint-Tugdual,

fondateur présumé du monastère de Tréguier.

 

L'église et la mairie.

En 1671, Pabu est le siège d'une chapellenie dite de Keranré.

A l'époque elle était à la nomination du seigneur de Munehorre, et le chapelain était désigné par le seigneur.

 

La nouvelle mairie (jouxtant l'ancienne) - La salle polyvalente - Le monument aux morts.

 

 

Eglise Saint Tugdual, du XVIII° siècle

 

 

L’église est en forme de croix latine avec chevet et ailes à pans coupés.

Elle a succédé à un édifice plus ancien mentionné sous le nom de chapelle Saint-Pabu en 1532.

Sa construction débuta en 1711 pour s’achever en 1762.

Elle a été restaurée en 1826 et son agrandissement a été évoqué en 1860.

 

A l’origine autour de l’église, le cimetière, datant de 1879, et agrandi en 2008.

 

Le bras sud ainsi que le porche sud datent respectivement de 1711 et de 1750. La façade ouest est de 1762.

 

Le clocher-peigne est à trois cloches, et le calvaire.

 

Statues de Saint Patrick, et sous le porche, une Vierge à l'enfant.

 

Des travaux de restauration dans le chœur de l’édifice,

entrepris à la fin de l’année 2008, ont mis à jour six pierres tombales, du XVIII° siècle.

Les pierres tombales rappellent que l'église Saint Tugdual ou du moins la chapelle existant à cet emplacement,

était autrefois la chapelle de la seigneurie de Munehorre, et les châtelains y étaient enterrés.

 

A gauche, statue de Saint Tugdual et Vierge à l'enfant.

Les deux chapelles avec autels sont du XVIII° siècle.

Les retables latéraux et les toiles peintes qui y sont enchâssées ont fait l’objet d’une restauration complète

dans des ateliers spécialisés ; cette restauration s’est achevée au printemps 2010

avec la repose de la table de communion dans le chœur.

 

Fresque de la voute, réalisée "à la tempera".

 

La technique fondamentale "à la tempera" fut utilisée dans de nombreuses églises et chapelles, et était d'usage courant jusqu'à la fin du XVI° siècle, date à laquelle elle fut remplacée par la peinture à l'huile. A la fin du XVI° siècle, la pratique dominante est la tempera. Il s'agit d'un mélange de colle ou d'eau et de pigments. Cette peinture est sensible aux variations de température et d'humidité. L'œuf est rajouté, il donne l'éclat aux couleurs et à l'émulsion. Les couleurs de la tempera sont mates.

 

Statues de Saint Eloi et Saint Vincent.

 

En 2008-2009, à la suite des travaux de restauration de la charpente et de la couverture,

la nouvelle voûte a été décorée d’une fresque réalisée « à la tempera »

par l’artiste pabuais Bernard Le Quellec.

 

S’inspirant du texte de l’Apocalypse de Saint-Jean, l’artiste a créé une œuvre originale, présentant des thèmes du Jugement Dernier, qui a été retenue par les élus de la commune qui en étaient les commanditaires, mais qui a reçu également l’aval des membres de la commission diocésaine des arts sacrés.

 

Statues de Saint Roch et Saint Antoine de Padoue.

 

La chapelle des fonts, située en face du porche du midi. Fonts baptismaux datés 1747.

 

Statues de Saint Tugdual et Saint Loup.

 

Parmi les autres statues, celle de Saint Quentin, le patron des potiers. Ils peuplaient les villages de la Poterie et de Kerez (hameaux aujourd'hui). Jusqu'en 1914, ils fabriquaient des pots, des jattes, des cruches, etc... mais aussi des briques, des toiles ainsi que des épis de faîtage. Ces derniers étaient encore présents sur le toit de l'église avant sa restauration. Ils sont encore visibles dans le hall de la mairie, où ils sont exposés.

 

Depuis le portail occidental, vue sur le choeur.

 

Ecole primaire bilingue.

 

La fresque réalisée sur les murs de cette école bilingue est l'oeuvre de Marc Le Faucheux,

un agent communal, passionné  de peinture.

Conçue dans le style du Douanier-Rousseau, l'artiste a fait le lien avec le parc animalier proche de la Pabu.

 

Sources :

http://fr.wikipedia.org/

http://www.infobretagne.com/

http://www.ville-pabu.fr/
Panneaux explicatifs présentés dans l'église

C.P.A. collection privée en prêt

Visite et photos, Chantal Guyon, le 22 octobre 2017

 

 

Chantony - Patrimoine et Histoire  
50660 - Lingreville