MÛR-DE-BRETAGNE  (Côtes d'Armor)
Arrondissement de Saint-Brieuc - Canton de Mûr-de-Bretagne
Région Bretagne
 Population : 2.049 Mûrois en 2015.

 

Cette commune a fusionné au 1° janvier 2017

avec la commune de Saint Guen, pour devenir la commune de GUERLẺDAN.

 

D'une altitude de 69 à 290 mètres, et d'une superficie de 2.980 hectares,

la ville est traversée par le fleuve le Blavet, et située à l'est du lac de Guerlédan.

Ville du pays d'Argoat, elle est le coeur de la Bretagne, appelé par les Bretons le "Kalon-Vreizh".

Elle est à égale distance de la Manche et de l'Océan Atlantique,

et dominée par des crêtes escarpées couvertes de bois et de landes et surplombant de belles vallées.

 

Etymologie : Mûr-de-Bretagne vient du breton « muriou » (mur) et doit, semble-t-il,

son origine à une station romaine (sur la voie de Rennes à Carhaix).

 

 

Chapelle Sainte Suzanne

 

 

La chapelle Sainte-Suzanne  a été construite au XVI° siècle, sur les vestiges d'un petit château,

qui appartenait à la famille des Rohan.

 

"Le portail de l'enclos" ou "L'entrée de la chapelle Sainte Suzanne".

Tableau peint par Corot en 1840 et 1850 .

La lumière ainsi que les majestueux chênes cernant la chapelle ont inspiré le peintre.

 

Jean-Baptiste Corot, 1796-1875).

 

Peintre néo classique, à la fois paysagiste, portraitiste et dessinateur. Grand voyageur, il visite la Bretagne, séjourna et réalisa des peintures et nombreux croquis de Mûr et de ses alentours. A Mûr, il était accueilli chez son ami,

Alfred Le Cerf.

 

Ü Autoportrait, (huile sur toile de 32 cm x 12,45 cm, Musée du Louvre).

 

L'entrée de l'enclos et le monument aux morts (1870-1871).

 

Devant le refus de la population de construire une nouvelle chapelle, le curé et le sacristain partent seuls chercher du mobilier de la première chapelle édifiée sur les hauteurs de Méné-Heiz. Or, sur le chemin du retour la charrette se renverse et la statue de Sainte Anne tombe au pied d'un arbre. La population y voit la volonté divine et veut construire la nouvelle chapelle à cet endroit. Devant le refus du clergé, les Mûrois creusent une niche dans l'arbre et viennent y prier. En 1496, la nouvelle chapelle est édifiée grâce aux dons du vicomte de Rohan.

 

Le clocher-porche en granit est daté 1760.

Le plan de l'édifice en croix latine, se termine par un chevet plat à trois pans daté 1694.

En 1694, lors d’importantes réparations, la sacristie lui fut adjointe.

 

Les chênes pédonculés.

Cet ensemble de chênes forme un écrin autour de la chapelle et de son parvis.

Il participe au romantisme du site.

On suppose que ces chênes sont contemporains de la chapelle, de la fin XVI° siècle.

 

Centenaires, parfois millénaires, ces arbres constituent un patrimoine naturel original. Historiques, témoins du passé, associés à des cultes religieux ou païens, muses pour les artistes, parfois colossaux... Ces végétaux ont en commun d'être hors du commun.

 

Le portail et les fenêtres de l'étage sont encadrés de pilastres et couronnés de frontons à niches et coquilles.

Une grille en fer forgé dans l’un des battants du grand portail

permettait aux lépreux de suivre la messe, sans rentrer dans l'édifice.

 

Deux balustrades précèdent la flèche à crochets, ajourée d'ouvertures à galbes.

 

 

La Chapelle du cimetière

 

 

 

La chapelle du cimetière, située face à la chapelle Sainte Suzanne, est en granite et datée 1890.

De forme étroite, elle comporte un demi sous-sol.

Une double volées de marches permet d’accéder à l’entrée au dessus de laquelle on peut lire :

"IN NOVISSUM DIEM" que l'on peut traduire par "en attendant un nouveau jour".

 

 

L'église Saint Pierre

 

 

Vue aérienne et l'église Saint Pierre, avant 1970.

 

L'église actuelle a été érigée en 1873, sur l'emplacement d'une ancienne église dédiée également à Saint Pierre.

De style néo-gothique, elle fut consacrée le 4 septembre 1881,

par Mgr le Chanoine Daniel, curé-doyen de Mûr-de-Bretagne.

 

Elle est construite avec la granulite de Pontivy, en forme de croix latine.

L'écusson est doté des armes de Bretagne, soutenu par des lévriers.

 

 

 

Le clocher est haut de 37 mètres.

La galerie de pierre est agrémentée d'une lanterne au-dessus de la tourelle et de grêles clochetons.

La nef latérale du côté de l'Evangile est contrebutée par une série de chapelles,

 et comprend une nef avec bas côtés de 7 travées et un choeur.

 

 

L'abbé Daniel, féru d'héraldique, a doté l'église de nombreux écussons et gargouilles.

 

Le porche, avec les statues des 12 apôtres.

 

Deux confréries étaient établies dans la paroisse de Mûr : celle du Saint-Rosaire et celle du Saint-Sacrement.

Un fabricien était nommé tous les ans pour gérer les affaires de chacune d'elles.

 

Sources :

http://fr.wikipedia.org/

http://www.infobretagne.com/

Panneaux explicatifs présentés à l'entrée de la chapelle

Chapelles et église fermées lors de mon passage

C.P.A. collection privée en prêt

Visite et photos, Chantal Guyon, le 26 octobre 2017

 

 

Chantony - Patrimoine et Histoire

 

50660 - Lingreville