LANNION  (Côtes d'Armor)
Arrondissement de Lannion - Canton de Guingamp
Région Bretagne
 Population :  en 2015.

 

D'une superficie de 4.391 hectares, et d'une altitude de 0 à 107 mètres,

Lannion est traversée par le fleuve le Léguer, et le ruisseau le Stanco.

 

 

Le couvent des Ursulines, du XVII° siècle

 

 

L'ordre des Ursulines, religieuses enseignantes non cloîtrées, est fondé au XVI° siècle à Breschia

par la religieuse italienne Angèle Merici. L'ordre essaime très vite en dehors de l'Italie.

On compte en France jusqu'à 300 monastères d'Ursulines dont une trentaine en Bretagne,

rattachées à l'Ordre, par la branche de Bordeaux.

 

 Le couvent des Ursulines est situé en plein centre de Lannion.

 La chapelle est dédicacée en 1667 et le reste des bâtiments fut achevé en 1690.

 

La construction de ce bâtiment est due à Maurice Calloët de Keranvelec, procureur du roi en 1651. Il avait une fille appartenant à la congrégation religieuse enseignante des Ursulines et forma le voeu d’ouvrir un couvent à Lannion.

 

La chapelle est dédiée à la Sainte famille et les premières religieuses Ursulines arrivent à Lannion

le 13 janvier 1659. Le couvent connaît son âge d'or au XVIII° siècle.

Les cinq niches de la façade de la chapelle abritaient à l’origine des statues.

 

La chapelle de Sainte-Anne était flanquée de bâtiments consacrés au logement des indigents malades, sous le nom d'Hôtel-Dieu. Mais chapelle et édifices étaient en pitoyable état. Celle-là tombait littéralement en ruine, les modiques ressources de l'établissement n'ayant permis de restaurer que la façade orientale. Quant aux bâtiments de la communauté, qui se composaient de deux salles au rez-de-chaussée, deux chambres au-dessus et plus haut un grenier, le tout situé derrière la chapelle, ils n'étaient pas moins délabrés.

 

De style classique, l'édifice est animé de différentes colonnes cannelées, de chapiteaux corinthiens

et ioniques. Des frontons triangulaires soulignent les entrées principales.

 

La communauté de la ville, reconnaissant que des laïques intéressés ne pouvaient remplir une tâche qui, pour être accomplie dignement, exige tout le dévouement de la religieuse, elle demanda à l'évêque de Quimper, pour desservir l'hôpital de Lannion, des Soeurs hospitalières. Ce ne fut qu'en 1667 que Lannion obtint ce qu'il avait demandé pour son hôpital qui avait alors une moyenne de vingt-cinq pauvres à nourrir. Cinq Soeurs hospitalières lui furent envoyées de Quimper. Aussitôt après leur arrivée, elles furent mises en possession de l'hôpital.

 

C'est en 1672 que furent élevés avec les dots des professes ces bâtiments que l'on voit derrière l'église.

 

A peine les religieuses eurent-elles placé le nouveau monastère à l'abri, sous l'égide de l'Eglise et sous le patronage du Roi, qu'elles se mirent immédiatement à l'oeuvre pour construire des bâtiments pour elles et les pauvres. Elles entreprirent ensuite la restauration de leur chapelle (1674) ; à défaut d'autres ressources, elles eurent recours à la charité publique qui ne fait jamais défaut aux oeuvres.

 

 

Le cloître date de la fin du XVII° siècle et les cinq niches de la façade abritaient à l'origine des statues

de la Sainte Famille, en pierre de Caen qui se trouvent maintenant dans l'église Saint-Jean-du-Baly.

 

La chapelle du couvent est aujourd'hui un lieu d'expositions.

Avec 180 m² d’espace, la Chapelle est devenue un lieu de partage culturel

et propose aux visiteurs de découvrir gratuitement les travaux d’artistes locaux ou étrangers.

 

Durant la Révolution, la nef de la chapelle sert d'entrepôt à fourrage, et le choeur, de tribunal. Le catéchisme y est professé jusqu'en 1930. Les autres corps de bâtiment ont servi de gendarmerie, puis de prison et de collège municipal.

 

Sources :

http://fr.wikipedia.org/

http://www.infobretagne.com/

http://tregor.fr/

http://www.patrimoine-religieux.fr/

C.P.A. collection privée en prêt

Visite et photos, Chantal Guyon, le 27 octobre 2017

 

 

Chantony - Patrimoine et Histoire  
50660 - Lingreville