BOURGES  (Cher)
Arrondissement de Bourges - Canton de Bourges.
Région Centre Val de Loire
 Population : 66.071 Berruyers en 2015.

 

D'une superficie de 6.874 hectares, et d'une altitude de 120 à 169 mètres,

la ville est la capitale historique du Berry, et arrosée par les rivières l'Yèvre et l'Auron.

 

C'est au XIX° siècle que les marchés apparaissent dans les villes.

Il s'agissait de contrôler la vente des produits et des denrées alimentaires.

 

Au XIX° siècle, Bourges doit une partie de sa prospérité à sa traversée par le canal de Berry

dont elle a d’ailleurs demandé la modification du tracé initialement prévu, vers 1811, afin d’être desservie par lui.

 

 

La halle au blé
 

 

La Halle au blé est un élément caractéristique de l’économie urbaine au XIX° siècle.

 

La Halle au Blé est construite en 1836 à l’emplacement du couvent des Cordeliers, désaffecté depuis 1791,

et à proximité du marché au grain de la place de la Nation. L'emplacement avait été choisi, entre autres,

pour sa proximité avec la rivière l'Auron, qui était en partie navigable, et surtout du Canal de Berry.

 

Enclose par ses murs d’enceinte et ses grilles en façade, elle offre un aspect monumental propre à ce type d’édifice ; il est en outre caractéristique du développement des constructions publiques civiles de la Monarchie de Juillet (palais de justice, bourses de commerces, hôtels de Ville…).

 

La halle a une surface de 10.179 m² dont 4.750 m² de surface couverte.

Elle est l'oeuvre de l'architecte du département et de la ville, Barthélémy Juillien.

La cour intérieure a été couverte en 1892-1893.

La Halle au Blé est à l’origine destinée au stockage et au commerce contrôlé et réglementé du blé,

toujours à la base de l’alimentation de la majorité de la population.

 

Réaménagée à la fin du XIX° siècle, elle devient un lieu d’expositions et de manifestations diverses, tel à l'automne 1976 "la Halle en fête", un mini festival organisé par les créateurs du Printemps de Bourges. Elle accueille aujourd'hui le marché du samedi matin.

 

Les toitures des halles, prises depuis la tour nord de la cathédrale.

 

 

Les halles Saint Bonnet
 

 

Cet édifice fait partie du réaménagement du boulevard de la République

réalisé dans les années 1880, à l'initiative du maire Eugène Brisson.

 

Le marché est construit dans les années 1880, et inauguré en 1886.

Il est formé de deux halles couvertes et d'un passage central couvert.

 

C'est un bâtiment qui n'est pas du tout conforme à la tradition berrichonne. Il est fabriqué en structure métallique avec de grands panneaux de verre et une charpente métallique. Les matériaux proviennent des fonderies de Mazières, tout comme les célèbres halles de Baltard à Paris.

Au cours des décennies, le marché sera à plusieurs reprises réhabilité. Et un parking souterrain sera construit dans les années 1980, avec des difficultés relatives à l'eau souterraine qui revient régulièrement.

 

 

La Fonderie de Mazières
 

 

C'est seulement à partir du XIX° siècle que Bourges retrouve un véritable essor économique : en 1850,

la fonderie de Mazières s'installe au sud de la ville et s'équipe de deux hauts fourneaux circulaires en 1864

grâce à Louis Léonce Melchior de Vogüé.

 

La fonderie se spécialise dans les charpentes métalliques comme celles du Pavillon Baltard de Paris,

et les pièces de fonderie et du mobilier urbain ; l'installation d'industries métallurgiques, aéronautiques,

chimiques et d'établissements militaires, attire une importante main-d'œuvre.

 

En 1846, le marquis de Voguë acquiert un pré situé dans la prairie de la Corne à Bourges puis la propriété du Petit Mazières. En 1847, il dépose une demande pour établir sur ce site, idéalement placé (canal de Berry, projet de chemin de fer à proximité), une fonderie. L'usine devient rapidement concurrente de l'usine métallurgique de Messire-Jacques établie sur l'Auron en 1839.

Elle oriente sa production vers la construction métallique et le matériel ferroviaire. La grande halle de fonderie bâtie en 1847 sert de référence au niveau national de même que les deux hauts-fourneaux circulaires (de type Thomas et Laurens) de plus de 20 mètres, construits après 1864 (détruits en 1908). Du site industriel ne reste qu'une partie du mur sud de l'enceinte et le bâtiment de la conciergerie.

Les principaux bâtiments (maison du directeur, logements du gardien) ont été détruits au cours de la décennie 1980. La fonderie de Mazières a réalisé de nombreux ouvrages : halles (Bourges en 1886 ; Sète en 1889 ; Paris), ponts (pont du Midi à Lyon entre 1888 et 1891, pont de Saint-Ouen, de Suresnes), viaduc d'Ahun (Creuse), matériel ferroviaire (aiguillages, plaques tournantes, ponts tournants, chariots transbordeurs...) Plusieurs de ses productions sont encore visibles à Bourges dont la halle Saint-Bonnet, les grilles des établissements militaires et une partie de fonte ornementale conservée au Musée du Berry.

 

Sources :

http://fr.wikipedia.org/

https://www.ville-bourges.fr/
http://www.actuacity.com/

Visite et photos, Chantal Guyon, le 21 mai 2018

 

 

Chantony - Patrimoine et Histoire  
50660 - Lingreville