AINAY-LE-VIEIL  (Cher)
Arrondissement de Saint Amand-Montrond - Canton de Châteaumeillant
Région Centre Val de Loire.
 Population : 187 Habitants en 2015.

 

D'une superficie de 1.377 hectares, et d'une altitude de 153 à 212 mètres,

le village est traversé par la rivière le Cher.

 

 

Le château médiéval

 

 

Cette forteresse médiévale du XIV° siècle est remarquablement bien conservée.

Elle est située en Boischaut, aux confins du Berry et du Bourbonnais.

 

Vues aériennes avant 1970.

Le château surnommé "le petit Carcassonne", en raison de son enceinte circulaire,

a été construit au XIV° siècle sur l'emplacement d'une ancienne forteresse du XII° siècle.

 

Entrée du château, située au centre du village.

 

L'enceinte extérieure.

 

Les douves et le canal de déviation.

 

Le remarquable système hydraulique permet par le jeu de déversoirs successifs d'alimenter les canaux du Carré de l'île (dans les jardins), les douves du château, le canal de déviation du moulin et le lavoir du village. Un jeu de pelles régularise le débit de bout en bout.

 

Bâti sur une motte, ce château appartint successivement aux sires de Bourbon (XII° siècle),

de Sully (milieu du XIII° siècle),

puis à la famille de Culan (fin XIV° siècle) qui l'engagea pour quelques années à Jacques Coeur.

En 1467, il fut racheté par la famille de Bigny qui le détient toujours.

 

Depuis l'origine, les douves sont toujours en eaux.

 

 

Epargné par les Routiers, après la chevauchée du Prince Noir en 1356,

le château a conservé ses douves et son imposante enceinte octogonale, en partie médiévale,

flanquée de 9 tours munies de meurtrières et remparts crénelés.

 

Les routiers au Moyen Age : en prêtant allégeance à son suzerain, le chevalier fait vœu, en temps de guerre, de lui apporter fidélité et assistance. La plupart des conflits du Moyen Âge sont marqués par des combats entre seigneurs. Ces nobles, accourus sur les champs de bataille, viennent pour obtenir à la fois gloires et rançons. Alors que les guerres s’étendent en Europe, l’on fait de plus en plus appel à des mercenaires. En temps de paix, ces mercenaires se regroupent en clans et en bandes. Sans emplois, désargentés, parcourant les routes, ils vivent sur le pays à la grande frayeur des populations. On les surnomme des « routiers », parce qu’appartenant à une route.

 

 

Les hauts murs crénelés sertis de neuf tours, sont équipés de meurtrières et d'un chemin de ronde.

Ces courtines montant presque jusqu'au sommet des tours est une disposition typique du XIV° siècle

permettant une meilleure circulation des défenseurs.

 

Une partie de notre histoire de France y est évoquée avec Louis XII et Anne de Bretagne,

Colbert, Marie-Antoinette, Napoléon.

 

Le châtelet.

 

 

Le puissant châtelet qui, outre un système d'assommoir, était pourvu d'un pont-levis.

Il est aujourd'hui remplacé par un pont dormant.

 

La cour intérieure.

 

 

 

 

Vue sur le châtelet et la cour intérieure depuis les remparts.

Les communs sont du XVI° siècle. Portes charretière et piétonne constituent l'entrée initiale du château.

 

Le corps de logis.

 

Le château d'Ainay-le-Vieil, d'aspect militaire par son enceinte, n'en représente pas moins la transition

entre l'art Gothique et le style de la Première Renaissance française.

 

En 1510, le château s'enrichit d'une demeure gothique flamboyant avec tour d'escalier à vis.

 

Les remparts rejoignent les tours de défense.

 

À la fin du XV° siècle, le donjon fut abattu pour laisser place à un corps de logis en brique et pierre

Pré-Renaissance de style Louis XII.

 

Construits en équerre avec une tour d'escalier à leur intersection, les corps de logis rappellent certaines dispositions de l'aile Louis XII du château de Blois, notamment les loggias influencées de la villa Poggio Reale et du Castel Nuovo de Naples s'ouvrant sur les façades pour éclairer les grandes chambres du premier étage.

 

Possibilité d'une visite guidée de l'intérieur du château : chambre du Roi, la salle à manger, le grand salon et la salle de billard, qui renferment des cheminées monumentales du XIX° siècle et de superbes tapisseries. En complément, une petite chapelle avec vitraux du XVI° siècle. (Photographies interdites).

 

Sources :

http://fr.wikipedia.org/

Panneaux explicatifs présentés sur le site

Dépliant 3 volets "Le château et les jardins d'Ainay-le-Viel"

C.P.A. collection privée en prêt

Visite guidée et photos, Chantal Guyon, le 24 mai 2018

 

 

Chantony - Patrimoine et Histoire  
50660 - Lingreville