NERSAC  (Charente)
Arrondissement d'Angoulême -  Canton de La Couronne.

Région Nouvelle Aquitaine
 Population : 2.410 Nersacais en 2016.

 

D'une superficie de 924 hectares, et d'une altitude de 21 à 72 mètres,

la ville est bordée sur sa rive gauche par le fleuve la Charente,

et se trouve à la confluence de la rivière la Boëme.

 

Etymologie : Le nom de Nersac remonterait à un nom de personne gaulois Nartius ou Narissius

auquel est apposé le suffixe -acum, ce qui correspondrait à Narciacum, "domaine de Nartius".

 

Vues sur la ville, avant 1970.

Les fouilles archéologiques effectuées sur le territoire de Nersac

ont révélé des traces de la présence préhistorique.

   (des outils, des bifaces de type acheuléens que l’on peut dater de 300 000 à 100 000 ans avant notre ère).

 

Ramnoul, vicomte d'Angoulême, possédait avant 887, un domaine comtal carolingien à Nersac, d'environ 200 à 300 hectares selon André Debord. Au XVII° siècle, Étienne de Lubersac, qui avaient ses ancêtres à Lubersac près de Brives, possédait la Foucaudie, seigneurie de Nersac dont le fief dépendait alors de l'abbaye de Saint-Cybard. En 1743, Louis de Lubersac, chevalier, seigneur de l'Herse et de la Foucaudie, vend la terre de Nersac, et celle-ci passe entre plusieurs mains jusqu'en 1798 où la Foucaudie est acquise par Jean Marie du Tillet de Boisbedeuil.

 

 

L'ancien château de la Foucaudie,

du XVI° siècle.

 

 

Le château est situé au centre de la ville, et est devenu en 1952 la mairie de Nersac.

Il intègre en complément, la poste.

 

    Le château est d'origine médiévale.

 

Sur la façade ouest, deux tourelles carrées :

l’une datant du XVI° siècle portant échauguette crénelage de fantaisie et trous de mousquets,

et l’autre copiée au XIX° siècle.

Elles sont l’œuvre de Jean Louis de Lubersac, issu de la fameuse famille de Lubersac,

originaire du limousin, et seigneur de terres considérables.

 

Les deux tours encadrent une terrasse reposant sur arcades et accessible par un bel escalier du XIX°.

 

Les deux tourelles extérieures et la porte. Le château, côté porte intérieure.

Les murs sont percés de meurtrières et de bouches à feu.

 

La façade orientale est constituée d’une courtine du XVIII° siècle encadrée de deux tourelles rondes,

construites à la fin du XVII° siècle, et coiffées en poivrière.

 

Escaliers d'accès, la salle actuelle des mariages, et les combles.

 

 

L'église romane Saint Pierre

 

 

A la fin du IV° siècle, la cité devient paroisse  lorsque des villages dans les vallées de la Charente

et de la Boëme se rassemblent autour d’un même lieu de culte.

A l’origine l'église était de style roman, mais elle a été modifiée à l’époque gothique avec le rajout de chapelles.

 

La façade occidentale.

 

Une première église est consacrée en 887 et donnée l’année suivante à l’abbaye de Saint-Cybard qui y établit un prieuré. Cette dernière est détruite par les normands aux X° et XI° siècles. L’édifice actuel, dédié à Saint Pierre date du XII° siècle pour ses parties les plus anciennes.

 

La nef de style roman, est ouverte à l'Ouest par un grand portail sculpté.

 

Le massif clocher carré a été surélevé et enchâssé par des chapelles à l'époque gothique.

 

 

La sacristie et le chevet de l'église (fermée pour travaux lors de mon passage).

 

Sources :

http://fr.wikipedia.org/

http://mairie-nersac.fr/

Panneaux explicatifs présentés sur le site

et documents remis en mairie

C.P.A. collection privée en prêt

Visite et photos, Chantal Guyon, le 5 juillet 2018

 

 

Chantony - Patrimoine et Histoire  
50660 - Lingreville