MOUTHIERS-SUR-BOËME  (Charente)
Arrondissement d'Angoulême -  Canton de Boëme-Échelle.

Région Nouvelle Aquitaine
 Population : 2.441 Monastériens en 2016.

 

D'une superficie de 3.471 hectares, et d'une altitude de 59 à 153 mètres,

la ville est située au bord de la rivière la Boëme, un affluent rive gauche de la Charente.

 

Etymologie : la localité doit son nom à un ancien prieuré

dépendant de l'abbaye bénédictine de Saint Martial de Limoges.

 

L'ancien pont sur la Charente.

La ville était réputée pour ses papèteries d'origine fort anciennes puisqu'elles datent du début du XIV° siècle.

Mais la concurrence internationale en a fait, au cours de ces dernières années fermer la plupart.

 

Vues aériennes avant 1970 : le centre ville et le chevet de l'église Saint Hilaire.

 

 

Eglise romane Saint Hilaire,

bâtie entre les XII° et XV° siècles

 

 

L'église aurait été construite à l'emplacement d'une église antérieure dédiée aux Saints Côme et Damien,

dont une tradition voudrait qu'ils aient été les fondateurs de l'actuel édifice.

 

La façade occidentale et le clocher, datant du XIII° siècle, ont été remaniés au XVIII° siècle,

à la suite de l'éboulement de la partie haute.

La façade, presque entièrement refaite au XV° siècle a été fortement restaurée depuis.

 

Dans l'année 1094, l'église avait été donnée par le seigneur de la Roche-Chandry à l'abbaye bénédictine de Saint Martial de Limoges. Quelque temps après la donation, l'église fut rebâtie et sa réfection commença par la longue nef, dont une partie des anciens murs subsistent. Ils furent renforcés par des arcs de décharge sur colonnes établies au voisinage de celles recevant les doubleaux de la voûte en plein cintre.

 

La façade conserve une porte en plein cintre primitive dont les deux voussures reposent sur quatre colonnes.

 

 

La façade occidentale à mur pignon s'élève sur deux niveaux.
La nef et les bras du transept sont couverts d'une toiture en bâtière.

 

Le premier niveau est percé d'un portail en plein cintre à voussures reposant sur des piédroits. Le second est ajouré d'une baie en arc brisé encadrée de deux autres baies obstruées, en arc brisé également. Les murs gouttereaux nord et sud sont percés également de baies en plein cintre en alternance avec des contreforts.

 

L'église est construite selon un plan en croix latine, se finissant par un chevet polygonal,

et la tour clocher se situe à l'intersection de la nef et du choeur.

 

Les baies au niveau du chevet sont surlignées d'un cordon de billettes en alternance avec des contreforts,

et la corniche est à modillons sculptés.

 

La nef en berceau plein cintre compte cinq travées.

 

Depuis le choeur, vues sur : la nef, la chaire à prêcher, et le portail occidental.

 

Les chapiteaux de la nef présentent des motifs variés : entrelacs, fruits, palmettes, colombes affrontées,

léopards, griffons, lions, personnages, etc.

 

Le transept comporte deux absidioles et une coupole sur pendentifs à la croisée avec la nef.

(Cette coupole remplace celle existant jadis).

 

A la suite de l'effondrement des superstructures du clocher en 1735, les deux travées précédant la coupole ayant été sévèrement atteintes, on remonta leurs voûtes en faisant retomber le doubleau qui les sépare sur des consoles. Des fenêtres dépourvues de colonnettes éclairent les travées à l'exception de la dernière.

 

La chapelle des fonts baptismaux.

 

Le transept nord.

 

Chapelle du transept sud, dédiée à la Vierge.

 

L'abside est élégante par ses cinq arcades sur colonnes qui reposent sur une banquette.

 

Dans l'abside en cul-de-four, les murs sont renforcés de cinq arcades encadrant chacune une fenêtre

ornée de colonnettes et de chapiteaux bien sculptés, dont un Christ en majesté.

 

Les vitraux semblent être du XIX° siècle (non datés, ni signés).

 

Les chapiteaux des colonnettes de l'abside montrent des feuillages, des griffons,

des oiseaux attaquant des fauves, des monstres, des personnages, le Christ entouré du Tétramorphe, etc.

 

Sources :

http://fr.wikipedia.org/

Dictionnaire des églises de France, "Poitou, Saintonge, Angoumois"

Volume IIIc, Editions Robert Laffont, 1967

Panneaux explicatifs présentés sur le site

C.P.A. collection privée en prêt

Visite et photos, Chantal Guyon, le 5 juillet 2018

 

 

Chantony - Patrimoine et Histoire  
50660 - Lingreville