MONTBRON  (Charente)
Arrondissement d'Angoulême  - Canton du Val de Tardoire.
Région Nouvelle Aquitaine.
 Population : 2.043 Montbronnais en 2016.

 

D'une superficie de 4.334 ha, et d'une altitude de 95 à 287 mètres,

la ville est traversée par la rivière la Tardoire, un sous-affluent de la Charente.

 
 

La lanterne des morts
 

 

Cette lanterne des morts est située dans l’ancien cimetière.

Elle se distingue des Croix hosannières, grâce à deux particularités :

▪ elle a un fût évidé,
▪ le lanternon qui la coiffe est ouvert en direction des quatre points cardinaux.

Autrefois, la lumière y brillait dès l'annonce de la mort d’une personne jusqu'à son enterrement.

En Charente, il existe celles de Montbron, Pranzac et Cellefrouin.

En France, 56 lanternes sont répertoriées sur la liste Mérimée du Ministère de la Culture.

 

La mairie.

 

La mairie de Montbron occupe la maison du docteur Léon Rebière-Laborde, acquise en 1945.

Avant cette date, la mairie était située dans le Vieux Château.

Elle fut inaugurée le 28 août 1949, cérémonie au cours de laquelle M. Beauchataud,

ingénieur et Maire honoraire remis les clés de l’immeuble au Préfet.

 

Cette maison, a été construite en 1902, par le Docteur Laborde, avec des balustres, terrasses,

des motifs végétaux et une toiture en ardoise.

Elle domine la Place du Champ de foire où se tenaient autrefois la foire aux bestiaux.

En 1789 la France se dote de communes administrées par un maire et un Conseil municipal.

Avant la III° République, on parlait d'hôtel de ville en zone urbaine, et de la "Maison commune" en milieu rural.

La mairie était alors le plus souvent la maison du maire.

 

La fontaine Saint Antoine.

 

La fontaine est située au Sud-Est, hors les murs de la ville, près d'une poterne.

Concernant son origine, la source, descendant sans doute du coteau, aurait des eaux bienfaisantes : elle dissiperait les verrues.

Un double escalier permet l'accès au bassin : des ablutions pouvaient y être effectuées.

 

La chapelle des lépreux.

 

Cette chapelle, vouée à Notre-Dame-du-Bon-Secours, a été érigée au XII° siècle.

Elle est de forme rectangulaire, surmontée d’un toit en tuiles et d’un petit clocher pyramidal recouvert d’ardoises.

De part et d’autre du portail d’entrée, deux ouvertures, soutenues par huit fines colonnes,

ont été pratiquées pour permettre aux lépreux de suivre les offices à l’abri du porche.

 

Au cours du Moyen Age, de nombreuses épidémies et particulièrement la lèpre, firent beaucoup de victimes. Montbron se trouvait sur un itinéraire secondaire très fréquenté par les pèlerins qui allaient ou revenaient du sanctuaire de Saint-Jacques-de-Compostelle. Aussi, afin d’éviter une contamination plus importante, des léproseries ou maladreries furent créées en dehors des cités. Ce monument faillit être détruit après la révolution, mais une pétition des citoyens de la ville fit surseoir à la décision qui avait été prise.

 

Sources :

http://fr.wikipedia.org/

http://www.montbron.fr/

Dépliant 4 volets "Découverte de Montbron"

O.T. La Rochefoucauld-Périgord

C.P.A. collection privée en prêt

Visite et photos, Chantal Guyon, le 2 juillet 2018

 

 

Chantony - Patrimoine et Histoire  
50660 - Lingreville