SERINGES-ET-NESLES  (Aisne)
Arrondissement de Château-Thierry - Canton de Fère-en-Tardinois
Région des Hauts-de-France.
 Population : 283 Habitants en 2015.

 

D'une superficie de 1.349 hectares, et d'une altitude de 117 à 193 mètres,

les villages de Seringes et de Nesles ont fusionné entre 1790 et 1794.

 

Vues aériennes du village de Nesles, avant 1970.

 

L'église de Seringes-et-Nesles a été détruite lors de la première guerre mondiale et entièrement reconstruite

de 1930 à 1932. Il y a eu une maladrerie au sud de la commune où étaient accueillis les lépreux.
Le château de Nesles fut construit par Robert III de Dreux en 1230.

 

 

Le cimetière américain "Oise-Aisne"

 

 

Le cimetière américain "Oise-Aisne" est le deuxième (en terme de nombre de sépultures)

des cimetières militaires de la Première Guerre Mondiale en Europe.

 

Entrée du cimetière.

Dans cette nécropole repose les corps de 6 012 victimes de guerre des Etats-Unis d’Amérique,

tombées au cours de la Première Guerre mondiale.

(5.912 Croix latines, 100 Etoiles de David, 241 disparus dans l'action, 597 Soldats inconnus, 7 Séries de frères).

 

La construction et l'entretien de cette nécropole d'une superficie de 15 hectares sont sous la responsabilité de la Commission des Monuments de Guerre américains, une agence gouvernementale des Etats-Unis d'Amérique. La libre disposition du terrain a été gracieusement concédée, à perpétuité, par le peuple français.

 

La plupart périrent au cours des combats dans les environs, au nord de la rivière (Aisne) et au-delà.

De plus, les noms de 241 soldats dont les corps ne furent pas retrouvés ou identifiés

sont inscrits sur les murs, au fond du cimetière.
Une rosette en bronze est apposée près des noms des disparus

dont les corps furent retrouvés ultérieurement et 597 stèles indiquent les tombes de soldats « inconnus ».

 

 

Le cimetière est divisé en quatre parcelles symétriques

où reposent les valeureux morts au combat.

Parmi eux, le sergent Joyce Kilmer, poète et auteur du poème "Arbres".

 

Une stèle de marbre blanc désigne chaque tombe :

une étoile de David pour les combattants de confession israélite et une croix latine pour tous les autres.

 

Les sépultures des cimetières des Première et Deuxième Guerres Mondiales représentent approximativement 39 % des sépultures initiales. Les dépouilles mortelles des autres victimes furent rapatriées à la demande de leurs proches.

 

 

Le bâtiment commémoratif est formé d'un péristyle en demi-cercle de style roman,

encadré d'une chapelle et d'une salle de musée.

 

Dans la salle du Musée, une carte retrace les faits d'armes des offensives Oise-Aisne.

 

 

La chapelle, avec un magnifique autel en marbre Portor noir à veines jaunes d'Italie

dans lequel sont sertis deux panneaux de Rocheret jaune.

Les noms des 241 soldats disparus dans cette région sont gravés sur les murs de la chapelle.

 

Façade arrière de la nécropole.

 

 

Depuis le Mémorial, vue sur l'entrée du cimetière et les tombes.

Des rangées de platanes d'Orient longent des parterres de rosiers polyanthas et des bordures de buis nains.

 

Face à l'entrée du cimetière, le bâtiment administratif et l'accueil du public.

Un conservateur de nationalité américaine dirige chaque cimetière.

Un personnel anglophone est disponible pour informer et renseigner les visiteurs.

 

Après la Première Guerre Mondiale, la Commission des Monuments de guerre américains érigea une chapelle du souvenir dans chacun des huit cimetières en Europe, ainsi que onze monuments commémoratifs sur les champs de bataille. L'un de ces monuments est situé à 30 km au sud-ouest, sur la colline surplombant Château-Thierry. Un autre, celui du Bois Belleau, est adjacent au cimetière militaire américain d'Aisne-Marne, à 25 km au sud-ouest.

 

1918 : Offensives Aisne-Marne et Oise-Aisne.

 

En 1918, la stratégie de l'Allemagne visait la destruction des armées affaiblies, anglaises et françaises. Deux offensives contre les Anglais entre le 21 mars et le 30 avril ne parviennent pas à créer l'anéantissement espéré. Le 27 mai, les forces allemandes percent la ligne française du Chemin des Dames entre Soissons et Reims. En trois jours, ils atteignent la Marne, environ 55 km au sud de Château-Thierry, creusant le saillant de l'Aisne et de la Marne et menaçant Paris.

 

A la fin du mois de mai 1918, la situation est si désastreuse que les alliés demandent l'intervention de toutes les divisions américaines disponibles pour venir aider les Français à éliminer le saillant Aisne-Marne. Fraîchement arrivées, les troupes américaines se portent à la rescousse des Alliés. Le 370° Régiment d'Infanterie est également détaché pour rejoindre les forces françaises et se battre à leurs côtés jusqu'à la mi-octobre.

 

Les Allemands ne sont pas en mesure de profiter de leurs avances. Le 15 juillet, leur dernière offensive échoue. Les forces alliées contre-attaquent le 18 juillet avec l'offensive Aisne-Marne.

 

Dix Divisions de l'armée américaine prennent part à cette offensive et, le 6 août, les Allemands sont repoussés au nord de la Vesle. Ensuite, entre le 18 août et le 16 septembre, l'offensive Oise-Aisne continue son avance, repoussant les Allemands encore plus loin au nord.

 

Environ 310.000 soldats et marines américains auront combattu dans cette opération de grande envergure, la première pour le corps expéditionnaire américain au cours de la Première Guerre Mondiale. Sous le commandement du Général John J. Pershing, le corps expéditionnaire remportera d'autres victoires, dont les batailles de Saint Mihiel et de Meuse-Argonne qui s'achèveront avec la signature de l'Armistice le 11 novembre 1918.

 

Sources :

http://fr.wikipedia.org/

https://www.chemindesdames.fr/

Dépliant 4 volets "Oise-Aisne American"

Panneau explicatif présenté à l'entrée du cimetière

C.P.A. collection privée en prêt

Visite et photos, Chantal Guyon, le 5 septembre 2018

 

 

Chantony - Patrimoine et Histoire  
50660 - Lingreville