CHATEAU-THIERRY  (Aisne)
Arrondissement de Château-Thierry  - Canton de Château-Thierry
Région des Hauts-de-France
 Population : 14.602 Castrothéodoriciens ou Castelthéodoriciens en 2015.

 

D'une superficie de 1.655 hectares, et d'une altitude de 59 à 222 mètres,

la ville est arrosée par la rivière la Marne, longue de 514 kilomètres,

et située dans le pays de l'Omois, dans un vallon de la vallée de la Marne.

 

 

Le mémorial américain de la côte 204
 

 

Le monument commémore les sacrifices et exploits des combattants américains et français

avant et pendant les offensives Aisne-Marne et Oise-Aisne.

Il a été érigé par la Commission des monuments de guerre américains,

une agence gouvernementale des Etats-Unis d'Amérique, qui en assure également l'entretien.

 

Depuis les ruines du château, vue sur la ville et le mémorial de la côte 204.

Depuis la colline où il trône à 204 mètres d'altitude, cet imposant monument célèbre les différentes batailles

dans lesquelles sont engagées les américains en 1918. France et Etats-Unis sont alors côte à côte.

 

Inspiré par l'architecture antique, le monument dévoile le nom

des différentes batailles dans lesquelles furent engagés les Américains en 1918.

Au centre, se dressent deux statues représentant la France et l'Amérique.

La première porte la cuirasse et le bouclier, la seconde tient l'épée.

 

Vers la fin de mai 1918, l'armée allemande attaqua par surprise sur la ligne du Chemin des Dames, les V° et VI° armées françaises et malgré une résistance acharnée, avança rapidement dans la direction de la Marne. Des renforts alliés et américains furent hâtivement amenés et après de sévères combats, l'avance ennemie fut arrêtée. Les forces allemandes avaient creusé dans les lignes alliées une poche profonde limitée approximativement par Reims, Château-Thierry et Soissons.

 

Conçu par Paul Cret, le monument s'élève sur la Côte 204.

Il présente ses vingt quatre colonnes à la ville et à la vallée de la Marne,

et mesure 62 mètres de long, 21 mètres de haut, 3,80 mètres de large et repose sur une large terrasse.

 

La sculpture de l'aigle américain et du blason sur le côté Est du monument représente les Etats-Unis.

Des inscriptions en anglais et en français évoquent les différents combats

et rendent hommage aux soldats américains tombés pendant la guerre.

 

Juste en-dessous de l'aigle,

une carte retrace la progression des forces américaines dans la région au cours de l'été 1918.

 

La dernière grande offensive allemande de la guerre, le 15 juillet comprenait une attaque sur le flanc Est de cette poche où, après une défense obstinée et quelques pertes de terrain insignifiantes, la ligne du front fut maintenue. Le 18 juillet une grande contre-offensive fut déclenchée contre le saillant Allemand. L'attaque principale fut faite par deux divisions Américaines et la Première Division Marocaine composant le 20° corps de la X° armée Française.

 

Cette agence du gouvernement américain gère et entretient 24 cimetières

et 25 monuments et autres lieux de mémoire, dans 15 pays.

La commission oeuvre à perpétuer la vision de son tout 1° président, le Gal de Corps d'Armée John J. Pershing,

qui dirigeait le corps expéditionnaire américain pendant la Première Guerre Mondiale,

et avait fait la promesse que le temps n'effacerait par la gloire de leurs actions.

 

Cette opération fut entièrement victorieuse, l'ennemi devant se retirer jusqu'à la Vesle où le combat continua jusqu'au repli Allemand sur l'Aisne au début de septembre. Trois cent dix mille soldats américains servaient les V°, VI°, IX° et X° armées françaises qui furent engagées dans ces opérations.

 

Depuis la terrasse, vue sur le parc.

 

Inauguré en 1937, c'est à cette occasion que le Centre d'interprétation a vu le jour.

Il s'ouvre sur un espace de 200 m² dans les profondeurs du Monument.

 

Reconstitution d'une tranchée, avec en fond sonore, le bruit qu'entendait quotidiennement les soldats.

 

Cette visite est ponctuée d'images, de bornes interactives et de matériel d'époque.

C'est très poignant et émouvant pour nous permettre de ne pas oublier.

 

Paul Philippe CRET, soldat et patriote français.

Il est également reconnu comme l'un des plus éminents architectes des Etats-Unis du XX° siècle.

 

Né en 1876, Paul Cret entreprit des études d'architecte à l'école des Beaux-arts de Lyon et de Paris. A 27 ans, il accepte un poste de professeur de design à l'Université de Pennsylvanie.

 

La Première Guerre Mondiale éclate lors de l'une des ses visites en France, en 1914. Cret s'enrôle loyalement dans l'armée française. Il servit son pays pendant toute la durée de la guerre et notamment comme interprète les derniers mois auprès des 1° et 92° divisions américaines. Il reçut la Croix de guerre et fut ultérieurement reçu dans l'ordre de la Légion d'Honneur.

 

Ü Collection Architectural Archives, University of Pennsylvania, 1923.

 

A son retour aux Etats-Unis, Paul Cret conçu un monument commémoratif pour la Pennsylvanie, qui attira l'attention de l'ABMC (American Battle Monuments Commission) et qui fut le premier d'une longue série. Il travailla comme architecte consultant pour l'ABMC, de 1925 jusqu'à sa mort en 1945.

 

Sources :

http://fr.wikipedia.org/

http://www.histoireaisne.fr/

www.aisne14-18.com

Feuillet "La cote 204", Aisne 14-18

Visite et photos, Chantal Guyon, le 4 septembre 2018

 

 

Chantony - Patrimoine et Histoire  
50660 - Lingreville