L'ortie

Description :

La fleur d'ortie n'est certes pas des plus offertes...

Mais l'urtica a une grande importance symbolique.

Cette plante qui peut dépasser 1 mètre, possède des feuilles dentelées couvertes de poils dont la base contient un liquide très irritant et qui pénètre aisément la peau.

Ses petites fleurs verdâtres, inodores et laides, sont donc vaillamment défendues par leur terrible feuillage.

On attribue à l'ortie des effets plutôt bénéfiques : elle guérirait de la gangrène et de l'empoisonnement. Glissée par le mari sous le matelas d'une femme enceinte, l'ortie ferait naître un garçon. Dans les Balkans, les sœurs d'une fille qui se mariait faisaient don au futur d'un bouquet d'orties, l'encourageant à s'en servir de fouet sur la jeune épouse le soir même, au cas où elle ne se montrerait que tièdement amoureuse...

L'ortie

Du latin . urtica «ortie».
Symbole du sadisme, de la cruauté et de la douleur, l'ortie aurait également des pouvoirs d'exorcisme.
Elle dit : « j'aime être cruelle » ou, dans un sens complémentaire : « pourquoi êtes-vous cruel ? »
 
Mai 2005, Agon-Coutainville, 50


Étymologie et histoire :

1746 : En botanique, orthie (St Brendan, éd. E. G. R. Waters, 1746)
1176-1184 : au figuré par opposition à rose pour signifier «le pire» (GAUTIER D'ARRAS, Eracle, éditeur G. Raynaud de Lage, 1268);
1496 : gecter le froc es ortyes (Mystère de St Martin, éd. A. Duplat, 7993 cité ds Z. rom. Philol. t.97, p.445);
1564 : jetter le froc aux orties (THIERRY, s.v. froc). Du latin . urtica «ortie».