Campanule

Description :

Du latin campana (clochette) on en est venu à ce diminutif.

Il en existe de nombreuses variétés : à l'intérieur, et à condition de la placer en plein soleil, la variété dite étoile de Bethléem (ou de Marie) a des tiges flexibles, qui portent en été des fleurs blanches ou bleu clair, à 5 pétales, en extérieur, beaucoup de variétés annuelles, dont la campanula macrostyla (tige rameuse d'environ 40 centimètres, grandes fleurs évasées l'été, violettes veinées de violet rougeâtre) et la campanula speculum (miroir de Vénus) : touffes d'une vingtaine de centimètres, à fleurs planes d'un bleu violacé

– plus rarement lilas ou blanches - de mai à juillet.

Campanule

(Campanulla – Famille des campanulacées)

Appelé "Tsubaki" en japonais, le camélia est connu pour être la fleur annonciatrice du printemps.
Le camélia rouge est symbole de « beauté humble ».
Le camélia blanc signifie « perpétuelle élégance ».
Leur parfum est aussi subtil que leur sens symbolique.(Campanulla – Famille des campanulacées)

Symbole du désir de plaire, la campanule sonne l'arrivée de la belle saison. « Je suis patiente » dit-elle, « mon amour est fidèle, vivons en harmonie... »
Une campanule bleu-violet soupire : « pourquoi me faire souffrir ? ».
Enfin, offrez une seule campanule à une femme - et discrètement - : elle comprendra que vous désirez la voir avant la tombée du jour.

Campanules à grosses fleurs, (Campanulla medium)
Juin 2004, Combs-la-Ville, 77

Historique :

Le nom de miroir de Vénus proviendrait de ce que Vénus allant rejoindre Adonis, se regardait dans un miroir doré pour vérifier l'ordre de sa toilette : la campanule a le cœur comme un disque brillant, d'un jaune d'or.

Depuis le haut Moyen Age, porter une campanule oblige à dire la vérité.

Mais il existait un emploi plus cruel de la plante : il s'agissait de confectionner une hampe garnie de tiges de campanules tressées, dont les rameaux devaient porter toutes leurs feuilles et six fleurs au moins par tige.

Brandissant bien haut ce joli piquet, on se plantait successivement devant ses différents ennemis et, tout en les injuriant sans retenue, on leur indiquait qu'ils allaient suivant les cas être pillés, torturés, tués ou violés : le drapeau de la campanule faisant loi.

Ces pratiques barbares survécurent jusqu'à la Renaissance : pour les décourager, on arrachait les campanules dans toutes les campagnes.