Bruyère

Description :

La bruyère, dont le nom tire son origine du celtique « bruko ».

C’est un arbrisseau plus ou moins ras suivant l'exposition au vent, très ramifié et rustique.

La bruyère pousse plus particulièrement sur les landes sablonneuses et se couvre à l'automne de nombreuses petites fleurs d'un rose plus ou moins intense (du blanc rosé au violet), capables de résister aux premiers froids et au mauvais temps.

Bruyère

(Calluna – Famille des éricacées)

Symbole de la solitude, de la nostalgie, les lieux isolés des hommes qu'apprécie la bruyère lui conviennent donc fort bien, comme les rudesses brumeuses de l'Écosse, de l'Irlande ou de la Bretagne.
Aimez-vous une solitaire ?
Le don d'un buisson de bruyère sera l'ambassadeur le plus discret : « pourrai-je partager une part de vos rêves ? ».

Bruyère (2005), Combs-la-ville, 77

Historique :

En Bretagne et dans les autres pays d'origine celte, la bruyère passe pour porter chance.

On en fait des bouquets (la bruyère sèche sans pratiquement changer de couleur peut rester ainsi plusieurs années) que l'on pose au sommet des armoires, des vaisseliers, des buffets : plus elle est blanche et plus ses effets seront puissants.

Il est recommandé de placer la touffe de bruyère dans le pichet habituel d'un ivrogne mort. . .

Dans le même esprit, les marchands revenant de foire la bourse pleine portaient sur eux de la bruyère : elle seule aurait le pouvoir d'éloigner les brigands à l'affût dans la forêt noire.
Puis la bruyère éloigne les fantômes, et si vous souhaitez qu'il pleuve, brûlez-en donc quelques brassées, mêlées à des fougères.